^

#PC2. Avoir un impact sur ta vie – Les règles du jeu

Si tu veux passer ta vie à faire ce que tu aimes, il va te falloir suffisamment d’impact pour façonner ton environnement.

En d’autres termes, il te faut être capable de transformer ta situation actuelle en ta situation idéale.

Ça paraît évident n’est-ce pas ? … Ça ne va pas se faire tout seul.

Cependant, la plupart des gens négligent complètement cet aspect là.

Ils imaginent que leur vie va changer du jour au lendemain par l’avènement impromptu d’un événement inattendu. Genre gagner au loto ou rencontrer l’âme sœur. Du coup… ils attendent. Longtemps. Encore. Et encore.

C’est complètement illusoire.

Ils sont dans l’expectative d’une possibilité infinitésimale : ils attendent qu’une cause extérieure change leur vie de la manière dont ils le souhaitent alors qu’ils n’ont aucun impact sur cette cause.

C’est un peu comme attendre chez toi sans rien faire que ton/ta partenaire idéal(e) se présente à ta porte avec un ticket de loto gagnant… Pas impossible mais très peu probable !

En revanche, il existe un moyen beaucoup plus efficace et concret de modifier ton existence : impacter ton environnement.

C’est-à-dire : avoir une réelle influence sur le contexte dans lequel tu vis.

Relis bien cette phrase, écris-la à l’encre de chine sur les murs de ton salon et imprègne-t-en :

« Pour passer ma vie à faire ce que j’aime, il faut que je sois en mesure d’impacter mon environnement. »

C’est ta capacité à impacter ton environnement ou à le subir qui va déterminer ton existence.

 

1. Ta situation actuelle

Pour prendre la responsabilité de ton existence, la première étape est d’accepter ta situation actuelle.

Attention : accepter ne veut pas dire cautionner.

Par exemple, si tu marches dans une *shflatzeul* de canidé, ça n’a aucun intérêt de t’énerver : de toute façon c’est fait. Accepte-le. Ensuite tu peux agir : ne pas cautionner d’avoir de la *flâflûh* de chien sur ta chaussure et décider de l’enlever.

De la même manière, si ton patron te parle super mal, c’est un fait. Accepte-le. En revanche, tu n’as pas à le cautionner et tu peux agir en conséquence : front kick dans sa face ou autre subtil subterfuge pour qu’il prenne conscience du désagrément occasionné.

Tu vois le principe. Ça s’applique à toutes les situations : ton couple bat de l’aile, tes parents t’imposent leur vision du monde, tes collègues se moquent de toi, etc… accepte-le. Agis en conséquence. D’une manière adaptée. Le front kick ne résout pas tout !

 

2. La société

Étape deux, comprendre les règles du jeu.

Dans le #PC1, je te parlais du conditionnement et des rêves de la société. Je t’invite à lire l’article maintenant si ce n’est pas encore fait…

C’est bon ?

Nickel, c’est reparti !

La société est un mastodonte et que tu le veuilles ou non, tu en fais partie. Du moment que tu interagis avec d’autres personnes, même si tu es un(e) hippie rebelle et que tu vis dans la forêt en mangeant des cailloux, tu as un rôle pondérateur qui fait partie de l’ensemble de la société.

Nous définirons ici par le terme « société » le milieu qui définit les comportements, les lois et les règles qui régissent la vie des individus qui la composent. Enfin bref, tu comprends de quoi il s’agit…

La société met en avant certaines caractéristiques et en fait l’apologie : richesse financière, beauté du corps, célébrité, talent, etc…

Ce sont les caractéristiques standards sur lesquelles les masses se calquent. Avec plus ou moins de succès. Avec plus ou moins de frustration.

Et même si les standards valorisés sont discutables, ils sont tels qu’ils sont. Alors comme dans la première étape : accepte-le !

Ton impact dans la société sera plus grand si tu es une bombe richissime super connue que si tu es notre ami de l’exemple précédent, le farfadet rachitique qui mange des cailloux dans la forêt.

Une petite note tout de même : je ne dis pas que l’une ou l’autre de ces situations est mieux que l’autre. En effet, Kaspierre (appelons comme ça notre mangeur de cailloux) peut être en parfaite harmonie avec ses valeurs et être bien plus épanoui que Plumette (notre magnifique star fortunée… qui a un peu un prénom de *flâflûh* quand même) qui pourrait être dépressive chronique, accro aux amphétamines et à Sicret Stouri.

Ainsi, il est primordial de prendre conscience que tes possibilités d’avoir de l’impact dans la société sont largement supérieures lorsque tu corresponds aux caractéristiques révérées.

Par exemple : tu auras plus de facilité à voyager dans de bonnes conditions si tu as de l’argent. Tu auras plus de facilité à faire une rencontre amoureuse si tu es superbe. Tu seras plus facilement admiré(e) si tu as du talent. Et ainsi de suite.

C’est comme ça que la société fonctionne. Ce n’est ni bien, ni mal. C’est juste comme ça.

Tu peux bien sûr te plaindre continuellement que la société va de travers, mais ça ne fera pas avancer quoi que ce soit pour autant !

Je le répète avec d’autres termes : pour avoir de l’impact sur la société, il faut dans une certaine mesure en adopter le langage.

Ça ne signifie pas t’identifier toi-même aux règles de la société, ça signifie simplement en connaître et en maîtriser le langage.

Par exemple, si tu apprends à parler chinois, cela ne fait pas forcément de toi un(e) chinois(e). En revanche, ça te permettra d’évoluer plus facilement en Chine.

C’est seulement de cette manière là que tu pourras passer ta vie à faire ce que tu aimes. Ce n’est pas une cause extérieure et fantasmagorique qui va t’apporter ta vie idéale sur un plateau. C’est toi-même.

Tu peux croire que ça va se passer autrement, que le monde ne fonctionne pas comme ça, mais tu sais que c’est juste une excuse pour ne pas voir la réalité en face.

 

3. Les rapports humains

Enfin, la troisième partie pour avoir de l’impact sur ton environnement va encore au-delà du système de la société.

Il s’agit de comprendre les comportements sociaux qui régissent les rapports humains.

En plus des caractéristiques standards véhiculées par la société, il existe des caractéristiques spécifiques auxquelles nous réagissons fortement en tant qu’être humain.

C’est ce qui fait que nous avons envie de suivre certaines personnes alors que d’autres ne nous inspirent pas confiance. C’est ce qui fait que certaines personnes nous paraissent sympathiques et d’autres dangereuses. C’est ce qui fait que nos rapports aux autres sont si riches et si différents.

Ce sont toutes les caractéristiques qui nous permettent de nous sociabiliser.

Certaines d’entre elles sont généralement attrayantes : le charisme, la confiance en soi, l’expertise, la gentillesse, l’empathie…

D’autres le sont beaucoup moins : la mauvaise humeur, la colère, le mépris…

Note : Certains pourraient faire la remarque que beaucoup de ces comportements sont aussi corrélés aux qualités que la société met en avant (valorisation des extravertis, de l’humilité, de la réussite…). C’est probablement vrai !

Pour avoir un impact sur ton environnement, il te faut sélectionner les caractéristiques les plus efficaces puis les développer. Ça aussi c’est essentiel.

 

4. Comment avoir un impact sur ton environnement ?

Trois paramètres à prendre en compte :

  • Ta situation actuelle
  • La société
  • Les rapports humains

En partant de ta situation actuelle et en développant progressivement chez toi les caractéristiques valorisées par la société et les comportements sociaux les plus efficaces, tu augmenteras ta capacité à avoir de l’impact sur ton environnement.

Ça ne signifie pas te résigner à te conformer aux diktats extérieurs. Ça signifie apprendre le langage qui régit majoritairement le monde, sans faire l’amalgame avec ton identité.

Une fois que tu acceptes et comprends comment les choses fonctionnent, tu es parfaitement libre de choisir si tu veux les appliquer ou non.

Certaines ne te conviendront pas. D’autres oui.

De cette manière, tu peux transformer ta situation actuelle en ta situation idéale.

Ok, et comment je développe tout ça concrètement ?

Petit à petit, une chose après l’autre, chaque jour.

Pour commencer, fais ces exercices. Prends une semaine pour tous les faire. Consacres-y au moins 5 minutes par jour. Easy :

1. Procure-toi un petit carnet de réflexion. Un genre de calepin de poche que tu prendras partout avec toi. Ce sera ton meilleur allié pour ton évolution. Ça va ? Pas trop dur pour l’instant ?!

2. Identifie les caractéristiques de ta situation qui ne te satisfont pas. Par exemple :

  • Je ne dis rien quand ma/mon partenaire me rabaisse
  • Je n’ose pas aborder quelqu’un dans la rue
  • Je baisse la tête quand mon patron est dans la pièce

Listes-en autant que tu le peux. Si tu en trouves seulement 3, c’est bien. Si tu en trouves plus de 40, c’est bien aussi. C’est ta propre liste après tout ! Note : idem avec les listes suivantes.

Mets cette liste de côté, on y reviendra dans le #PC4 !

3. Sans t’identifier au rêve de la société, définis quelles caractéristiques mises en avant par la société pourraient t’aider à vivre ton propre rêve. Par exemple :

  • Gagner plus d’argent pour voyager
  • Être plus séduisant(e) pour rencontrer quelqu’un
  • Devenir mon propre patron pour ne plus avoir d’horaires
  • Etc…

Demande-toi comment obtenir ces caractéristiques. Regarde les gens qui les possèdent et identifie leurs comportements :

  • Elle gagne plus d’argent parce qu’elle est plus compétente
  • Elle est séduisante parce qu’elle fait du sport trois fois par semaine pour être svelte et musclée
  • Il est devenu son propre patron parce qu’il ose essayer des choses nouvelles
  • Ect…

4. Observe les gens que tu admires. Note les choses qu’ils sont capables de faire et qui les rendent admirables à tes yeux. Par exemple :

  • Quand elle parle, tout le monde se tait et écoute
  • Il discute facilement avec les gens qu’il rencontre
  • Tout le monde veut s’asseoir à côté de lui
  • Etc…

Observe ensuite comment ils se comportent, le timbre de leur voix, les mouvements qu’ils font, l’attention qu’ils accordent aux autres, ce qu’ils pensent, etc… Note tes observations :

  • Elle parle clairement et sans hésitations
  • Il sourit et se présente poliment
  • Il rit de manière communicative et ne juge pas les gens
  • Etc…

5. Envisage d’adopter ces comportements. Penses-y chaque jour. Fais travailler ton imagination.

Même si tu ne fais pas les choses, imagine-toi en train de les faire.

Le premier objectif est simplement de constater comment fonctionne le système : observe ce qui semble avoir un impact. Imagine-toi en train de faire ces choses. C’est tout.

6. Pour ceux qui veulent aller plus loin, vous pouvez lire ça :

Prends ton temps, lis bien tout. Ça va te permettre d’accroître considérablement ton champ des possibles. Et si tu avais déjà eu ces réflexions, ça te fera du bien de voir qu’il y en a d’autres qui pensent comme toi !

Tu en es à l’étape 2 du programme sur les prises de conscience.

Quelle que soit ta situation de départ, si tu t’investis pleinement dans ce programme, tu auras des résultats spectaculaires d’ici quelques mois.

Souviens-toi : personne ne peut mener ta vie à ta place. Il n’y aura pas d’intervention magique. Ta vie s’écoule sans interruption.

Tu peux faire l’autruche et ignorer ta responsabilité dans ton existence, ou tu peux commencer maintenant à avoir un impact sur ta vie : procure-toi un carnet, commence les exercices, passes-y au moins 5 minutes aujourd’hui. Recommence demain. Recommence pendant 7 jours.

Ce sera la validation de l’étape 2.

La prochaine fois, tu verras comment développer la plus importante des compétences, celle dont découlent toutes les autres. Ça va être intense. Tu vas suer. Mais tu auras des résultats !

Note : Pense à t’abonner à la newsletter pour être tenu(e) au courant. Et si tu as des questions, des remarques ou que tu aimerais que je précise certains points, fais m’en part dans les commentaires et je ferai de mon mieux pour y répondre dans les prochains #PC !


Reste en contact :