^ pleindetrucs.fr, Damien Fauché, mineur professionnel

4 questions pour savoir si tu devrais changer de travail (et trouver ton travail idéal)

« Il y a un moment où tu devrais commencer à faire ce dont tu as envie. Faire un travail que tu aimes. Te lever avec plaisir le matin. Je pense que c’est de la folie de faire un travail que tu n’aimes pas juste pour faire bien sur ton CV. Ne trouves-tu pas que c’est un peu comme si tu attendais d’être vieux pour être actif sexuellement ? »

― Warren Buffett

Aujourd’hui, j’aimerais te parler d’une chose qui prend beaucoup de temps et d’importance dans la vie de la plupart des gens : le travail.

Plus spécifiquement : ton travail.

L’objectif de cet article, c’est que tu réalises si ton travail actuel (ou celui que tu cherches) vaut la peine que tu le continues (ou que tu continues de le chercher).

Et si ce n’est pas le cas, je vais te présenter des alternatives.

Ton travail occupe et occupera probablement une grande partie de ta vie.

Autant faire en sorte que ces dizaines de milliers d’heures soient agréables à vivre.

Et le seul moyen de rendre ton temps de travail vraiment satisfaisant, c’est de savoir que tu fais quelque chose de bien.

Quelque chose que TU trouves bien.

Par exemple, avoir la conviction profonde que tu aides des gens à profiter de leur vie (coach, animateur(trice) d’évènements, organisateur(trice) de voyages, etc…), ou alors savoir que tu apportes du réconfort à ceux qui en ont besoin (thérapeutes en tout genre, médecin, etc…), ou que tu permets aux gens de se sentir bien (restaurateur(trice), prof de yoga, humoriste, esthéticien(ne), etc…), ou bien que tu aides les gens à devenir meilleurs (professeur(se), coach sportif, maître spirituel, etc…), ou encore que tu aides à comprendre le monde et faire en sorte qu’il devienne un meilleur endroit (chercheur en énergies renouvelables, scientifique, astrophysicien, etc…).

Peu importe ce que c’est, pour être satisfait(e) de ton travail, il faut que tu aies la conviction que ce que tu fais est bien.

Et quand je parle de conviction, cela veut dire que tu en es personnellement persuadé(e).

Prenons par exemple deux boulangers. Les deux apportent sensiblement un service identique.

Cependant, admettons qu’il y en a un qui fait ce métier parce que c’est bien payé et qu’il a ses après-midi de libre et que l’autre fait ce métier parce qu’il aime voir le sourire de ses client lorsqu’ils achètent ses créations.

D’après toi, lequel est le plus motivé à se lever le matin ?

Le second, bien entendu !

Savoir que tu fais quelque chose de bien et le ressentir sont deux choses très différentes.

Tu peux déjà te poser deux questions :

Est-ce que tu penses faire quelque chose de bien dans ton travail ?

Est-ce que tu ressens de la satisfaction à offrir ce que tu offres ?

C’est une bonne réflexion de base pour voir si ton travail te convient.

Mais ce n’est pas tout.

Pour faire quelque chose de bien, et le ressentir, le seul moyen est d’aimer ce que tu fais.

C’est simple :

Tu ne peux pas vraiment faire quelque chose de bien si tu n’aimes pas le faire.

Tu crois que Picasso serait devenu peintre s’il n’aimait pas la peinture ?

Tu crois qu’Einstein aurait inventé toutes ses théories s’il n’aimait pas la physique ?

Tu crois que Michael Jordan serait devenu multiple champion NBA s’il n’aimait pas le basketball ?

Pour avoir la conviction que tu fais quelque chose de bien, il faut que tu aimes ce que tu fais.

La troisième question que tu peux te poser, c’est donc :

Est-ce que tu aimes ce que tu fais dans ton travail ?

Si oui, tant mieux.

Si non, on arrive aux réactions (excuses) les plus fréquentes :

  • « Mais je ne sais pas vraiment ce que j’aime, ni ce que j’ai envie de faire de ma vie, ni quelles sont mes passions, et encore moins quel travail je pourrais faire. »
  • « J’aime tellement de choses, est-ce que j’arriverais réellement à trouver la bonne ? »
  • « Si je trouve mon boulot idéal, je suis pas sûr que ça paye le loyer (et les cours de poney des enfants, les vacances à cap breton, etc…)… »
  • « Euh… je ne pense pas que j’ai les connaissances nécessaires pour faire ce genre de travail. J’aurais l’impression d’être incompétent(e). »
  • « Je suis trop vieux(vieille)/jeune/gros(se)/con(ne)/etc… »
  • « Je sais pas DU TOUT par où commencer… »
  • « Ce ne serait pas gérable du point de vue de ma famille, ils ne l’accepteraient jamais »
  • « Pas le temps ! Trop de chose à faire. Les enfants, la famille, le boulot. Overbooké mon pote ! Je file ! »

Ça te dit quelque chose ?

Toutes ces réactions, elles sont super communes. Pourtant ce ne sont que des excuses.

Et toutes ces excuses, elles t’empêchent de faire quelque chose que tu aimes vraiment.

Tu n’as pas à poursuivre une vie et un travail que tu n’aimes pas.

Même si ça paraît « sécuritaire ». Même si les autres te disent que c’est mieux pour toi.

Le vrai risque, c’est de passer ton temps de vie à faire un travail qui ne te plaît pas. Et des choses (autre que le travail) qui ne te plaisent pas.

Si tu passes ta vie comme ça, à quel moment tu vas faire de la place à ce qui compte pour toi ?

À quel moment tu vas vraiment vivre TA vie ?

Après ? Quand tu seras mort(e) ?

La vie, c’est maintenant, que tu ne sois pas majeur(e) ou que tu aies plus de 80 ans.

Tu n’as pas à vivre comme les autres s’y attendent.

C’est le credo de pleindetrucs.fr.

C’est mon message pour toi.

C’est mon message pour le monde.

Alors si l’idée de faire un travail et mener ta vie ne te fait pas hurler en disant « WOOOOOOOOOOOAAAAH ! C’est génial ! C’est ÇA que je veux faire de ma vie ! »

Alors CHERCHE ENCORE !

Cherche, chaque jour.

Si tu ne sais pas ce que tu veux faire de ta vie, c’est parce que ton cerveau est endormi.

Endormi par la routine.

Endormi par les médias.

Endormi par le bazar, les pubs, les cadeaux, les gadgets, le bruit.

Endormi par la société et la voix molle des zombies.

Tu n’as pas à vivre une existence semi-consciente.

À moins que tu la cautionnes, que tu passes ta vie à prétendre accepter cette condition.

Puis éventuellement avoir le regret numéro 1 des mourants :

« J’aurais aimé avoir eu le courage de vivre la vie que je voulais vraiment, pas celle que les autres attendaient de moi. »

Cette vie-là, elle convient peut-être à certains…

Alors, la quatrième question que tu peux te poser, c’est :

Est-ce que cette vie semi-consciente et dictée par les autres te convient à toi ?

Si oui… comment tu t’es retrouvé(e) sur mon blog ? Non sérieux ? Je vois pas du tout là.

Si non, je voudrais te montrer une alternative :

Trouver ce que tu aimes et gagner de l’argent en le faisant.

Alors, comment ça marche ?

Étape 1, trouver ce que tu aimes.

Étape 2, trouver comment gagner de l’argent avec.

Étape 3, gagner de l’argent en faisant ce que tu aimes.

C’est simple. Simple mais pas facile. Grosse différence mon pote !

Et ça demande du temps et de l’investissement personnel.

Concrètement, qu’est-ce que tu peux faire aujourd’hui pour te diriger dans cette voie ?

Tu peux passer à l’étape 1 : trouver ce que tu aimes.

Tu peux donc commencer par t’interroger sur ce qui compte vraiment pour toi. Même si tu n’arrives pas à le définir clairement pour l’instant.

J’ai créé un nouveau programme (Août 2016 !) pour t’aider à trouver ce qui te plaît et gagner de l’argent avec, tout en changeant le monde.

Tu peux le découvrir ici si ça t’intéresse.

Tu as le droit d’être exceptionnel(le) et de l’exprimer.

Sans dénigrer les métiers suivants :

Tu imagines Martin Luther King en train de préparer des Big Mac dans un MacDo toute sa vie ?

Ou le Dalaï-Lama travailler à la chaîne dans un abattoir ?

Il est temps de réclamer ton existence, de t’épanouir pour ce que tu es vraiment et d’apporter au monde ce qui te rend remarquable (même si tu ne sais pas encore ce que c’est).

Je pense que le monde serait un meilleur endroit où vivre si chacun mettait ce qui lui tient à cœur à profit.

La mission que je me suis attribuée, c’est de t’aider à trouver et faire un travail que tu aimes.

Pour que chacun puisse rendre le monde meilleur à sa manière.

Je suis un idéaliste ? Et alors ?

C’est comme ça que j’ai envie de vivre ma vie.

Et c’est comme ça que tu as le droit de vivre la tienne !

Bienvenue dans notre révolution.

La révolution des dissidents.

À tout de suite sur ta boîte mail.

Et pense a partager l’article s’il t’a plu.

Merci de m’aider à faire vivre ces idées !


Reste en contact :