^ Damien Fauché pleindetrucs.fr

Ma définition de l’indépendance et comment je peux t’aider à l’atteindre

Tu oses à peine l’envisager.

Pas parce que tu manques d’ambition, bien au contraire.

Mais parce qu’autour de toi, tout semble aller dans la direction opposée.

Chaque élément de ton environnement semble comploter pour étouffer la moindre parcelle de tes rêves de liberté.

Et la seule voie qui se présente devant toi, c’est une autoroute de monotonie métro-boulot-dodo qu’on pourrait appeler : la normalité.

Avoir un emploi, accepter gentiment sa condition et se lever tous les jours en baissant la tête (bon… ok, j’exagère mais tu vois l’idée ^^)…

…et ça, jusqu’à la retraite. 

Ta famille, tes amis et l’éducation nationale te disent que le Saint-Graal dans la vie professionnelle, c’est d’avoir un CDI.

Et que tu peux vivre à côté de ça.

Sauf que toi, t’as réalisé qu’un CDI, ça te prends 5 jours dans la semaine, 8h dans la journée et que l’essentiel de ta vie, tu la passe derrière un bureau.

Et cette vie de prisonnier c’est pas trop ta tasse de thé.

Toi, t’as d’autres rêves.

Le métro-boulot-dodo jusqu’à la retraite, c’est pas ta définition de la vie idéale

Au fond, quand tu y réfléchis bien, tu veux pouvoir te lever le matin et choisir ce que tu vas faire de ta journée.

Tu veux faire un travail qui a du sens pour toi.

Tu veux mener ta vie sans subir le train-train quotidien du salariat comme un(e) automate.

Mais est-ce que c’est vraiment possible ?

Étant donné les discours qui fusent autour de toi, dans ton entourage et dans les médias, ça sonne comme un mirage.

Ils te parlent des risques. Et de la chance que tu as d’avoir le boulot que tu as.

Et pourtant ça ne sonne pas juste.

Même si tu essayes toi-même de t’en persuader.

Quand tu prends le temps de regarder la vérité en face, tu sais pertinemment que le métro-boulot-dodo à perpétuité, c’est pas ça la vie dont tu rêves.

Et pourtant… les messages qui t’entourent semblent se liguer pour tuer tes rêves et te faire plier l’échine à suivre la route de la normalité.

Parce que le simple fait que tu puisses réussir autrement serait une attaque personnelle face à leur propre sens de la réalité.

Qu’est-ce que ça voudrait dire pour eux si tu pouvais ne pas avoir d’emploi, gagner 3 ou 4 fois plus d’argent qu’eux et que tu puisses prendre des jours off ou des vacances quand tu en as envie ?

Et cerise sur le gâteau, que tu n’aies besoin d’AUCUNE certification d’études pour ça ?

Comment un médecin qui a fait 10 ans d’étude pourrait accepter que tu gagnes à peu près autant que lui en travaillant 3 fois moins alors que tu n’es pas passé par de longues études de médecine ?

Comment les gens pourraient-ils accepter qu’en suivant un chemin dissident de tout ce qu’ils connaissent, tu mènes une vie dont ils n’osent même pas rêver ?

Réponse : C’est intolérable.

Comme le disait mon papi Georges (le chanteur) :

“♪ Non, les braves gens n’aiment pas que ♫, l’on suive une autre route qu’eux.”

George Brassens

Alors, ils restent prisonniers de leur routine qu’ils embellissent à grand coup de consommation.

Et peut-être que ce nouveau SUV flambant neuf compensera leur 5 jours par semaines enfermés dans un bureau ces 5 dernières années.

Cependant, en pratique, le métro-boulot-dodo, c’est pas la seule manière de vivre.

Et tu le sais déjà.

Parce que si tu lis ces lignes, si tu suis mon blog, c’est (probablement) que tu as des rêves d’indépendance (sinon je sais pas ce que tu fais là ^^).

Et que tu veux autre chose que la “normalité” qu’on t’a vendue à l’école et à la télé.

Je suis là pour te dire que tes rêves d’indépendance, non seulement tu as LE DROIT de les avoir, mais en plus…

…on est DES MILLIERS à les partager.

Certes, probablement pas dans ton voisinage immédiat, mais à travers la France, la francophonie et le monde, on est de plus en plus de dissidents à aspirer à cette vie d’indépendance.

Où nous existons pour être autre chose qu’une petite pièce coincée dans l’engrenage de la grosse machine.

Où nous existons pour être une pièce motrice qui apporte consciemment son lot de créativité.

Et si tu ne t’es pas encore libéré(e) de la routine métro-boulot-dodo, ce n’est pas vraiment de ta faute parce que le système entier est fait pour nous maintenir dans cet état de dépendance.

Depuis qu’on est gamin, tout nous conditionne à rentrer dans le moule.

On arrive à un point où les prédictions d’il y a plus de 50 ans de mon autre papy George (l’écrivain) ont un étrange goût de réalité :

« La dictature parfaite serait une dictature qui aurait les apparences de la démocratie, une prison sans murs dont les prisonniers ne songeraient pas à s’évader, un système d’esclavage où, grâce à la consommation et au divertissement, les esclaves auraient l’amour de leur servitude. »

Et la plupart des gens ont accepté ce rêve de la société.

Ils en sont devenus les fervents défenseurs.

L’ère glorieuse du métro-boulot-dodo à perpétuité.

Et évidemment, trouver sa place hors de ce système du salariat, ça fait flipper.

Et je comprends tes peurs.

Parce que j’avais exactement les mêmes.

Tu connais sûrement mon histoire : prisonnier des chaînes du salariat, terrorisé de sortir de la voie toute tracée qui m’ouvrait grand les bras….

…avec mon CDI, ma BMW (qui ne m’a pas rendu heureux du tout ^^) et ma petite villa en location à la périphérie de Montpellier.

Où je me morfondais dans une vie grise, tolérable, avec la peur de perdre ce que j’avais déjà.

Parce qu’aller à l’encontre du courant, c’est effrayant.

Et je vais pas te dire de ne pas avoir peur, parce que la peur n’est pas quelque chose que l’on contrôle.

Mais je vais te montrer qu’au delà de ces peurs, il y a un autre monde qui s’ouvre à toi.

Pour que tu puisses baser tes décisions sur autre chose que la peur. Sur quelque chose de bien plus puissant. Sur quelque chose sur quoi j’ai moi-même basé ma propre vie : l’espoir.

L’espoir de réaliser ce qui semble impossible à tous.

Impossible ?

Quand j’ai parlé de mes rêves d’indépendance à mes parents pour la première fois ils ont rigolé, ensuite, ils m’on regardé sérieusement et ma mère m’a dit :

“Mais enfin, Damien, travailler quand tu veux, voyager autant que tu veux et gagner plus de 5000€ par mois, c’est pas possible. Ça existe pas ça. Il faut être réaliste. Je suis sûre que si t’envoies un mail à ton ancienne boîte ils te redonneront un CDI.”

Et je sais qu’au moment où elle prononçait ces mots, ce n’était pas du tout mal intentionné, c’était sa manière de me “protéger”… parce que c’était sa vision du monde.

J’aime mes parents. Et à l’heure actuelle (maintenant qu’ils ont VU que ça marchait ^^), ils me soutiennent dans mes projets.

Mais ça n’a pas toujours été facile de leur faire comprendre.

Et je sais que ce sera une aventure pour toi aussi.

C’est pourquoi j’ai créé ce blog pour te soutenir et adoucir tes peurs tout au long du chemin.

Parce qu’il y a une vie à l’extérieur du métro-boulot-dodo

Quand j’ai commencé mon aventure hors de la “normalité”, il y a plus de 5 ans, j’étais naïf.

J’avançais dans le noir sans savoir s’il y avait quelque chose de l’autre côté pour moi.

Maintenant que tu me vois voyager autour du monde, en ayant investi dans l’immobilier, avec des dizaines de milliers d’euros dans les cryptomonnaies et des business qui se développent de jour en jour, tu peux imaginer que tout ça était facile pour moi…

…mais rien n’est plus éloigné de la réalité.

J’en ai *scié* grave.

À l’époque, j’étais sceptique.

Même si je voyais des gens réussir dans leurs projets d’indépendance, j’avais aucune idée de si, moi, j’allais y arriver.

Je me sentais pas à la hauteur.

Pour moi, les gens qui y arrivaient, c’était des phénomènes, des extra-terrestres surpuissants !

Et moi… bin à mes yeux, j’étais juste un mec normal ^^.

Puis en créant ma première société, j’ai constaté que j’étais capable de gagner de l’argent sans dépendre du sacro-saint salariat.

J’étais loin d’être indépendant à l’époque mais j’avais fait un tout petit pas dans la bonne direction.

Et ça m’a ouvert un univers de possibilités.

Ce que je veux dire par là, c’est qu’on doute de ce qui est possible, jusqu’à ce qu’on le fasse.

Et c’est facile de passer sa vie à rester suspicieux sans jamais rien essayer.

Dire que c’est impossible sans avoir fait de son mieux pour prouver le contraire, c’est la marque de fabrique d’une vie pleine de regrets.

Imagine si les frères Wright avaient dit que faire voler un avion était impossible ?

Ou si Gandhi avait dit que récupérer l’indépendance de l’Inde était impossible ?

On n’accomplit rien en se disant que c’est impossible.

On n’accomplit rien en restant caché derrière nos peurs.

Et c’est en grande partie le fait de croire que quelque chose est possible qui te permet de le réaliser.

Comme je te le disais : l’espoir.

Ta limite, c’est ce que tu es capable d’envisager.

Dans le nouveau Star Wars (Rogue One), il y a une phrase qui est pas conne du tout :

« Rebellions are built on hope. » (Trad. « Les rebellions sont basées sur l’espoir ».)

Parce que c’est seulement lorsque tu envisages que quelque chose et potentiellement possible que tu peux t’investir pour le réaliser.

Sans espoir, sans vision, on se contente de la bouillie froide qu’on nous mets devant la tronche.

Donc la question à te poser, c’est qu’est-ce que c’est le succès pour toi ?

Certains veulent des millions.

D’autres veulent la célébrité.

Ce que je te propose dans ma définition de l’indépendance est beaucoup plus humble :

Te libérer de la routine métro-boulot-dodo et pouvoir financer une vie heureuse, libre et pleine de sens.

C’est un des deux accomplissements dont je suis le plus fier dans ma vie.

(NOTE : L’autre étant mes relations personnelles : couple, famille, amis :-)).

Et c’est dans cette optique-là que je peux t’aider.

Je t’invite à me suivre vers une vie où tu peux te lever le matin à l’heure qui te chante en ayant le cœur remplit d’allégresse parce que tu sais que tu vas passer ta journée à faire des choses importantes à tes yeux :

  • Gagner ta vie en aidant les gens (tout en faisant quelque chose qui a du SENS pour toi)
  • Consacrer l’essentiel de tes journées aux personnes qui comptent pour toi
  • Prendre le temps de faire plein de trucs qui te font rêver

De manière à t’épanouir et réaliser chaque jour la chance que tu as d’être en vie.

Pour moi, ces derniers mois au Japon, c’était de pouvoir surfer tous les jours avec mes potes, m’asseoir sur le bord de mer avec ma copine pour admirer le coucher de soleil, cuisiner des plats délicieux et découvrir la culture locale.

pleindetrucs.fr

En ce moment, au Canada, je profite de passer du temps avec un ami d’enfance et sa femme, jouer au basket avec les gars du coin et faire des randonnées spectaculaires dans les immenses parc nationaux le weekend.

Tout ça en aidant de mon mieux mes lecteurs et mes clients à créer leur indépendance à leur tour.

C’est simple. Ça n’a rien de bling-bling ou d’extravagant.

Mais c’est ce qui me plaît :

Avancer chaque jour vers un peu plus de liberté tout en appréciant chaque minute que je passe sur cette Terre.

Et c’est où je t’invite à me suivre.

En t’aidant à :

  • Trouver quoi faire pour devenir libre, parce que c’est la première étape pour devenir indépendant(e) : avoir une vision claire de la valeur que tu peux apporter au monde et de là où tu veux aller
  • FORMULER ton idée de projet, histoire que tu sois à l’aise pour en parler aux gens et que tu transpires pas à grosses goûtes en te tortillant sur place à chaque fois qu’on te pose la question “Et donc, c’est quoi ton projet là ?”
  • Maîtriser ton mental, parce que l’indépendance c’est une véritable aventure et au delà de savoir “quoi faire”, faut que t’aies un état d’esprit en béton armé pour maintenir la CONFIANCE que tu vas y arriver

C’est comme ça que je peux t’aider.

D’ailleurs, je t’ai même concocté un cours spécialement conçu pour t’aider à avancer avec confiance vers tes projets d’indépendance.

Dedans, je te montre :

  • Le plus gros MYTHE qui nous retient prisonniers de la routine (et comment le défoncer furieusement !)
  • Le SEUL moyen que j’ai vraiment vu fonctionner pour réussir dans tes projets d’indépendance. Note : C’est complètement contre-intuitif…
  • Et comment tu peux appliquer ce principe à ta propre vie immédiatement et redéfinir la trajectoire qu’elle va prendre

Et ce cours, en ce moment, je te l’offre.

Clique sur le lien juste en dessous pour le recevoir :

Comment avoir un mental de champion pour réussir tes projets d’indépendance

Et que ce soit dans ce cours ou dans le reste du blog, de mes programmes et de mes emails, je ferai de mon mieux pour t’amener à ton tour ces résultats d’indépendance :

Une vie simple et pleine de sens, libre de la routine métro-boulot-dodo où tu gagnes ta vie en apportant ta valeur aux autres

Voilà comment je peux t’aider.

Et voilà où je t’invite à me suivre.

Souviens-toi que ta seule limite, c’est ce que tu es capable d’envisager.

Le monde est plein de rabats-joies avec des idées étriquées qui ne supporteraient pas que tu réussisses autrement qu’en suivant à la lettre les standards de la société.

Et la pire erreur que tu puisses faire, c’est de les laisser dominer ton existence.

Tu as le pouvoir d’être indépendant.

Alors prends ton envol sans attendre leur autorisation.

Parce que c’est le seul chemin qui mène à tes rêves.

À ta réussite amig@ !

– Damien

PS : Et si l’article t’a plu, pense à le partager avec un(e) ami(e) qui pourrait en profiter aussi. Clique sur un des jolis boutons juste en dessous et partage-le lui :


Reste en contact :