Le minimalisme

Par Damien Fauché

PleinDeTrucs.fr
Je suis minimaliste.

Pas parce que c’est à la mode.

Ni parce que j’aime avoir une maison bien rangée.

Rien à voir.

Je suis minimaliste parce que c’est le seul moyen que j’ai trouvé pour me sentir libre de faire ce que je veux de mes journées.

Tu vois…

Le minimalisme, si tu pousses le concept à bloc, ça peut te permettre de te lever chaque matin, et que les seules choses que t’aies à faire jusqu’à ce que t’ailles te coucher…

Ce soient les choses vraiment importantes pour toi.

  • Genre passer du temps avec les gens que t’aimes.
  • Voyager.
  • Faire un taf qui te plaît.
  • Poursuivre tes aspirations (comme jouer de la guitare, cuisiner des bons petits plats, faire du surf ou apprendre le portugais).

Bon… déjà, ça va pas se faire du jour au lendemain…

Et ensuite… t’auras beau devenir minimaliste, il y aura toujours des jours un peu pouraves et des obligations auxquelles tu ne peux pas te soustraire…

…mais dans l’ensemble, ça va faire souffler un vent rafraîchissant de liberté sur ton quotidien.

Pour te donner une idée :

Quand j’ai commencé à devenir « minimaliste » − en 2010 − je savais même pas que ce mot existait ^^

Et j’avais aucune idée du potentiel de ce mode de vie

Pour ceux qui tombent sur le blog et qui me connaissent pas encore :

Depuis, j’ai voyagé plus de 5 ans autour du monde, j’ai créé 6 sociétés, j’ai appris 3 langues, j’ai gravi des sommets à plus de 4000 m, plongé avec des requins marteaux et des tortues, rencontré des milliers de personnes, et j’ai mis suffisamment d’argent de côté pour m’acheter un appart et bientôt un deuxième.

pleindetrucs.fr

Je compte prendre ma retraite dans 4 ans.

J’ai 31 ans.

Je te dis pas ça pour te raconter comme je fais des trucs cool.

Surtout qu'au milieu de ces trucs cool, il y a eu plein de galères, de déceptions et de plantages retentissants.

On en a rien à carrer.

Je te dis ça parce que le minimalisme peut te permettre de faire les choses dont TU as envie.

Sans te retrouver prisonnier(e) d'une vie qui ne te ressemble pas.

Et c’est ce que j’aimerais partager avec toi dans cet article.

Alors accroche-toi à ton slop my beautiful muffins, ça va décoiffer !

Le concept du minimalisme

Quand on entend parler de minimalisme, le premier rapprochement qu’on a tendance à faire, c’est de penser à « désencombrement » :

Avoir moins d’objets.

Et certes, ça passe par là.

Mais c’est pas le cœur du sujet.

La moelle épinière du minimalisme c’est de concentrer tes ressources – en temps, en énergie et en argent – sur les choses essentielles à tes yeux.

En d’autres termes :

Ne pas éparpiller tes ressources et les focaliser sur ce qui est primordial pour toi.

PleinDeTrucs.fr

Comparé à :

PleinDeTrucs.fr sur le minimalisme

Par exemple

Pour moi, une de mes grosses priorités c’est de pouvoir faire ce que je veux de mes journées : ne pas être obligé d’aller à un boulot tous les jours qui me pompe mon énergie vitale.

Certains ont la chance de s’épanouir dans un emploi. Pas moi. Je voulais entreprendre.

Donc en 2010, quand j'étais encore employé, fallait que je trouve un moyen de m’échapper de la routine métro-boulot-dodo.

À côté de ça, je dépensais un max de fric en sorties entre potes. Et j’aimais ça.

Le hic, c'est qu'avec ces dépenses, j'arrivais pas des masses à mettre de l'argent de côté pour préparer mon évasion professionnelle.

Et c’est là où le minimalisme rentre en jeu.

D’un côté, j’AIMAIS les restaus et les soirées entre potes…

Et d’un autre côté, j’avais un BESOIN FONDAMENTAL de liberté et de sens.

Et jusqu’alors, je dépensais mon énergie, mon temps et mon fric de manière égale entre les choses que j’aimais et les choses importantes…

Résultat ?

Un « bon boulot » sympatoche. Une villa en colloc avec des amis proches. Cinq semaines de vacances par an pour voyager. Une BMW…

…et l’impression de passer complètement à côté de ma vie… argh !

Alors j’ai commencé à utiliser mes ressources différemment :

Diminuer considérablement mes dépenses sur les choses que j’aimais et augmenter mes dépenses sur les choses qui étaient PRIMORDIALES.

Focus sur les choses primordiales

Au lieu de passer mes weekends à sortir faire la fête entre amis, j’ai commencé à lire des bouquins d’entrepreneuriat et d’investissement.

Au lieu de m’acheter de nouvelles fringues, je mettais des sous de côté pour avoir une « réserve financière » le temps que je lance ma boîte.

Et deux ans plus tard j’ai quitté mon taf et créé ma première société.

Comme je te le disais, ça c’est pas fait du jour au lendemain.

Et c’était seulement le tout début de l’aventure.

La notion de sacrifice

Alors peut-être qu’en lisant « Au lieu de passer mes weekends à sortir faire la fête entre amis, j’ai commencé à lire des bouquins d’entrepreneuriat et d’investissement », tu te dis que j’ai pas dû m’éclater des masses.

Mais je vois pas du tout les choses de cette manière.

Pendant ces deux premières années où j’ai fait « ma grande transition de vie » minimaliste, je continuais de voir mes potes, et je continuais de m’amuser.

C’est simplement que je le faisais de manière différente. Et en utilisant moins de ressources.

Par exemple, au lieu d’aller au restau puis boire des coups en ville, je pouvais remplacer ça par organiser un barbecue à la plage ou chez wam.

Et au lieu de le faire 3 fois par semaine, je le faisais juste une fois.

Le minimalisme, c’est pas renoncer à tous les petits plaisirs et vivre comme un ascète.

C’est donner la priorité à ce qui est le plus important.

Et je vais te dire un truc assez violent…

Un truc que tu sais pertinemment au fond de toi mais qu’on aime bien passer sous silence…

Prends un gros marqueur noir et écris ça sur tous les murs de ton salon :

Ce qui t’empêche de vivre tes rêves, ce ne sont pas tes contraintes… ce sont les choses que tu aimes et qui ne sont pas primordiales.

Parce que notre temps n’est pas extensible et que si tu le passes à faire certaines choses… c’est au détriment d’autres choses.

Visualise une balance :

D’un côté les choses que tu aimes mais secondaires (tes loisirs). De l’autre les choses importantes (celles que tu veux absolument accomplir dans ta vie).

Priorités minimalistes

En équilibrant les deux, tu te retrouves en plein statu quo. Et ça convient à certaines personnes.

En la faisant pencher du côté des choses que tu aimes, tu vis dans l’instant et même si tu rigoles en soirée, t’as une sensation grandissante de mal-être intérieur qui te prend aux tripes quand tu penses à ta vie en général. Et ça convient aussi à certaines personnes.

Et en la faisant pencher du côté des choses importantes, t'as un espèce de sentiment profond de sérénité, comme si tu sentais au fond de toi que "t'es sur la bonne voie", même si ça fait peur parfois. 

C'est ce sentiment là que je voulais poursuivre.

Et c'est autour de ça que j'ai organisé ma vie.

Devenir minimaliste

Tu l'as compris :

L'idée, c’est de faire passer ce qui est primordial pour toi avant le reste.

Et en particulier avant les choses que t’aimes.

Donc le premier challenge ici c’est d’être clair(e) sur ce qui est primordial à tes yeux !

Comment tu peux déterminer ça ?

Le principe est simple.

La mise en application pas tellement.

Prends un stylo et un papier (ou crée un doc sur ton ordi ^^) et trace deux traits verticaux de manière à avoir trois colonnes.

Bon… je sais que là, t’es pépère devant ton ordi/tel en train de lire un article de ce mec qui crée des entreprises et voyage autour du monde et que tu te dis que tu feras – peut-être – la mise en application « plus tard »…

…et en fait je te comprends ^^

Le point que j’aimerais tout de même souligner à ce niveau-là de notre discussion c’est que faire cette mise en application va te prendre environ 5-10 minutes et que l’impact de ces 5-10 minutes peut changer considérablement ta vie.

Donc libre à toi de le faire ou non 😉

Si tu veux prendre un papier et un stylo, je t’attends :p

Prêt(e) ?

Reprenons :

Colonne 1 : Loisirs

Dans la colonne de gauche, que tu peux intituler « Loisirs », note les choses que tu aimes faire : les choses pour lesquelles tu prends beaucoup de plaisir immédiat mais peu de satisfaction à long-terme.

Essaye d’être aussi exhaustif(ve) que possible.

Par exemple :

  • Regarder des séries
  • Aller au restau le midi avec mes collègues de boulot
  • Voir ma famille le samedi après midi
  • Etc…

Colonne 2 : Contraintes

Dans la colonne du milieu, que tu peux intituler « Contraintes »,  note tes « obligations » : les choses que tu as l’impression que tu DOIS faire.

Par exemple :

  • Aller au boulot
  • Amener les enfants à l’école
  • Payer le crédit immobilier
  • Etc…

Colonne 3 : Important

Dans la dernière colonne, à droite, que tu peux intituler « Important »,  note les choses primordiales pour toi : les choses qui te prennent aux tripes et pour lesquelles tu as un désir brûlant.

Par exemple :

  • Pouvoir faire ce que je veux de mes journées
  • Avoir un corps en bonne santé
  • Voyager autant que j’en ai envie
  • Etc…

Ça peut être n’importe quoi en fonction de toi, « Avoir du temps pour passer avec ton(ta) conjoint(e) et tes enfants », « Gagner beaucoup d’argent », etc… peu importe : ce qui te branche TOI.

C’est fait ?

PleinDeTrucs.fr

Ok !

Le calcul

À l’heure actuelle toutes ces choses que tu as listées dans les 3 colonnes se disputent tes ressources : en temps, en argent et en énergie.

Et ton équilibre actuel te permet d’avoir ta vie actuelle.

Tant que tu maintiens cet équilibre, tes résultats seront sensiblement identiques.

Donc si ça te convient, c’est parfait pour toi !

Demain sera probablement similaire à aujourd’hui.

Mais si tu aspires à autre chose, le seul moyen de changer tes résultats, c’est de modifier cet équilibre.

En dépensant différemment tes ressources.

Donc…

La première chose à faire, c’est de déterminer ta priorité.

Comment prioriser ce qui est important

Pour l’exemple, on va choisir « Pouvoir faire ce que je veux de mes journées ».

NOTE : Évidemment, pour toi, derrière ton écran, tu peux choisir n’importe quelle priorité de ta colonne de droite 😉

À partir de là, considère comment tu pourrais atteindre ce résultat en pratique.

Parce que tant que ton objectif est flou, les actions concrètes pour l'atteindre resteront floues.

Donc dans le cas de « Pouvoir faire ce que je veux de mes journées », voici les caractéristiques que tu pourrais déterminer :

  • Ne pas avoir de patron
  • Continuer d’avoir des revenus pour bien vivre
  • Bosser depuis mon ordi
  • Être libre de gérer mes horaires comme ça me chante

Ensuite, à partir de là, il te faut déterminer le « coût » à payer pour atteindre ces résultats.

Par exemple

Pour ne pas avoir de patron et continuer d’avoir des revenus pour bien vivre, il te faut probablement entreprendre ou investir

…et ça, ça demande une certaine quantité de travail…

…pas forcément fun tout le long !

Et ça va te consommer tes ressources.

Du coup, tu te retrouves avec une situation qui ressemble à ça :

Trucs pas forcément fun mais importants VS Liste des choses que tu aimes et contraintes

Donc t’es face à un choix :

Pour quoi (en deux mots) tu vas allouer tes ressources en priorité ?

Il n’y a pas de « bonne » réponse.

C’est une décision personnelle.

Devenir minimaliste, c’est faire passer les choses importantes en premier.

Continuons notre exemple pour illustrer ça.

Tu veux pouvoir faire ce que tu veux de tes journées…

…et pour y arriver t’as choisi l’option d’entreprendre

…et pour entreprendre, t’as par exemple déterminé qu’il te fallait :

  • Te former
  • Mettre de l’argent de côté
  • Consacrer du temps au développement de ton activité

Prenons un de ces points. Disons « Mettre de l’argent de côté ».

Comment tu peux prioriser cette action ?

En pratique

Tu peux par exemple consacrer PLUS de ressources dans l’élément « Aller au boulot » de ta colonne « Contraintes » : comme faire des extras et prendre plus de responsabilités pour augmenter tes revenus.

Tu peux par exemple consacrer MOINS de ressources dans l’élément « Aller au restau le midi avec mes collègues de boulot » de ta colonne « Loisirs » : comme y aller seulement une fois par semaine au lieu de trois.

Petit calcul express : Disons 20€ le restau. Si t'y vas une fois à la place de trois fois par semaine t'économises 40€ par semaine. Sur un mois ça te fait 160€. Sur un an 1920€ économisés ! Quasiment 2000 balles.

En 10 ans… 20.000€ !!! T'imagines ce que tu pourrais faire avec ça ? Et c'est juste UN élément diminué ^^

Tu peux faire ça sur ton forfait de téléphone, tes achats de vêtements, tes abonnements divers, et toutes tes dépenses récurrentes !

Tu vois l’idée ?

À partir de là, t’es libre d’étoffer tes trois listes.

Et de noter des petits + ou – à côté des éléments que tu as inscrits.

Par exemple :

Prioriser l'important PleinDeTrucs.fr

Voilà comment tu vas pouvoir modifier ton équilibre actuel et atteindre de nouveaux résultats.

Mais avant de définir ce nouvel équilibre, c’est pertinent que je te présente une petite mise en garde

Les désirs illusoires

Tout le monde voudrait être son propre patron, avoir un corps de rêve et voyager à volonté…

…mais beaucoup moins de monde voudrait passer des heures à travailler sans aucune certitude que son projet va fonctionner, passer des heures à faire souffrir son corps pour le sculpter, et être dans une absence de foyer fixe quasi-permanente !

Le truc à retenir de ça, c’est qu’il y a une distinction entre les fantasmes et les besoins fondamentaux.

Évidemment que j’aimerais jouer au basket comme Michael Jordan pendant ses heures de gloire… mais je suis pas prêt à m’entraîner tous les jours, toute la journée, sans prendre de vacances et en faisant attention à chacun des aliments que j’ingère.

Parce que le jeu n’en vaut pas la chandelle à mes yeux.

Et de la même manière, lorsque tu détermines tes éléments de la colonne « Important », assure-toi que ce ne sont pas juste des désirs illusoires et bien des désirs fondamentaux.

Le seul moyen de mesurer si ces désirs sont illusoires ou fondamentaux, c’est de répondre à la question suivante :

Est-ce que tu es prêt(e) à payer le coût – en temps, en énergie et en argent – pour les atteindre ?

Si c’est le cas, c’est un désir fondamental.

Et si ce n’est pas le cas, c’est pas grave, c’est « juste » un désir illusoire et ton désir fondamental est ailleurs (peut-être un désir de sécurité à préserver le statu quo par exemple).

Mais j'en ai vraiment envie pourtant…

Regarde les choses sous cet angle :

Si tu as vraiment envie d'atteindre un résultat mais que te ne passes pas à l'action pour autant − que ce soit par peur de l'échec, de la réussite ou des conséquences, peu importe − c'est parce que ta non-action correspond elle à un désir fondamental.

Par exemple si tu veux être libre de ce que tu fais de tes journées mais que t'oses pas quitter ton emploi…

…c'est peut-être parce que garder ton emploi te permet de combler ton besoin fondamental de sécurité au détriment te ton besoin fondamental d'indépendance.

Ce genre de désir contradictoire a un joli petit nom : la dissonance cognitive.

Le seul moyen de changer la tendance, c'est de faire le choix de prioriser un désir par rapport à l'autre.

C'est juste un choix. 

Flippant, certes.

Mais un choix !

Des conditions différentes

À noter aussi…

Peut-être que tu es célibataire sans enfant et que t’as une grosse réserve de cash sous ton matelas.

Ou peut-être que tu as 48 gosses et que t’es furieusement endetté.

Ou quelque part entre les deux ^^

Peu importe :

C’est juste ta situation de base.

Et effectivement, t’auras pas les mêmes challenges selon où t’en es personnellement.

Mais quelles que soient tes circonstances de départ, ça ne change rien aux principes du minimalisme.

Et même si c’est plus compliqué pour toi que pour un autre…

T’es toujours libre de faire pencher ta balance dans le sens qui te convient !

Trouver ton équilibre

Une fois que tu as déterminé tes désirs fondamentaux et que tu as analysé comment tu pourrais modifier la répartition de tes ressources pour les assouvir, il te reste à mettre tout ça en application !

Accorder moins de temps pour X.

Dépenser plus d’argent pour Y.

Etc…

À ce stade-là, il va y avoir un tas de tâtonnement pour trouver un NOUVEL équilibre qui te correspond et qui te permet d’avancer vers tes projets importants.

Ce nouvel équilibre – qui peut sembler déséquilibré à quelqu’un coincé dans le statu quo – c’est un mode de vie minimaliste.

Et c’est un mode de vie qui te permet de concrétiser les choses les plus importantes à tes yeux.

Ceci étant dit, on va passer à la partie la plus fun de l’article !

Je vais te présenter quelques applications pratiques du minimalisme :p

Applications du minimalisme

Déjà…

Avant de te bombarder d’exemples concrets qui peuvent – plus ou moins ^^ − chambouler ton mode de vie…

J’aimerais mettre un truc au clair :

Être minimaliste, c’est pas « mieux » ou « moins bien » qu’autre chose.

C’est juste une philosophie de vie.

Que j’ai largement agrémentée à ma sauce dans cet article soit dit au passage XD

Donc dans tout ce qui suit et dans tout ce qui précède, il n’y a pas de jugement de valeur ni de règles absolues :

C'est juste la manière dont j'utilise le minimalisme personnellement.

Damien aux Canaries

Ceci étant dit cale-toi confortablement sur ton canap/ ton siège/ton lit/ton tapis volant et enjoy !

Le minimalisme et les possessions matérielles

Perso, j’ai peu d’objets.

Avant, j’étais carrément hardcore et j’en avais seulement 54 !

Par contre, « peu d’objets » ne rime pas avec « objets pas chers ».

L’idée c’est d’UTILISER tout ce que tu possèdes.

Par exemple, mieux vaut que t’aies trois pantalons de super qualité que tu vas adorer mettre que 15 médiocres.

Donc, j’ai trois frocs, mais j’y ai mis le prix.

Ensuite, il y a un tas d’objets qui ne sont pas « essentiels » au premier abord mais qui apportent un plus considérable en fonction de tes centres d’intérêts.

Genre une guitare. Un surf. Un jeu d’échecs.

Tu peux carrément être minimaliste et posséder des trucs.

Le moment où tu n’es plus minimaliste c’est quand t’as des tas de machins qui font la même chose.

Le juste milieu minimaliste

Attention de ne pas tomber dans l’extrême minimaliste et de juger la minimalisticité (nouveau mot !) d’autrui selon des critères précis.

J’avais tendance à le faire un peu à un moment (quand j’étais petit… il y a 3 ans ^^).

Par exemple en considérant qu'un minimaliste devait avoir moins de 100 objets.

Et en fait…

Ça sert à rien ^^

C’est arbitraire et ça fait pas avancer le schmilblick.

L’intérêt du minimalisme, c’est que ça puisse servir à chacun à son échelle.

Enfin bref…

T’es complètement libre de déterminer ta dose de minimalisme dans ton quotidien.

Que ce soit en nombre d’objets ou dans ta manière de dépenser ton argent, ton temps et ton énergie.

Économiser de l'argent / du temps / de l'énergie

L’un des gros intérêts du minimalisme, c’est d’avoir plus d’argent, de temps et d’énergie a consacrer aux choses importantes.

Le truc, c’est qu’il y a souvent une corrélation directe entre ces trois éléments.

Et le gain de l’un se fait généralement aux dépens des autres.

Par exemple si tu veux manger, tu peux dépenser :

  • Du temps, de l’argent et de l’énergie pour te cuisiner un petit plat délicieux.
  • Du temps et de l’énergie pour te cuisiner un petit plat délicieux avec des aliments pas cher (comme des légumes) – et d’ailleurs tu peux même carrément cultiver tes propres légumes en utilisant encore plus de temps !
  • Du temps et de l’argent et te faire un restau délicieux.
  • Juste de l’argent et te faire un restau rapide.
  • Etc…

À noter aussi qu’il y a tout un panel de nuances dans la quantité d’argent, de temps et d’énergie dépensée.

Par exemple tu peux t’acheter un sandwich à 3,50€ ou aller chez tonton Paul (Bocuse) pour 200 balles.

En d’autres termes plus comparatifs :

  • Si tu dépenses de l’argent au restau, tu économises du temps et de l’énergie.
  • Si tu dépenses du temps et de l’énergie pour cuisiner, tu économises de l’argent.
  • Et ainsi de suite…

Donc dans le ratio argent/temps/énergie, à toi de voir ce que tu veux prioriser en fonction de ce qui est important pour toi en ce moment.

Tu peux ensuite augmenter tes dépenses dans l’un de ces aspects pour les diminuer dans un autre.

Par exemple

  • Si tu vas au restau tous les jours, tu économises du temps.
  • Si tu cuisines des légumes chez toi, tu économises de l’argent.
  • Etc…

Manger minimaliste

J’aime manger bien.

Et à l’heure actuelle je cherche pas vraiment à économiser d’argent par rapport à ça.

Par contre j’essaye d’optimiser mon temps tout en maintenant une super qualité.

Par exemple en cuisinant en quantité assez grande pour plusieurs repas.

Au lieu de me faire un plat pour un repas, j’en fais assez pour deux à six repas.

Selon le plat, ça fait pas beaucoup plus de travail et ça me permettra de manger un truc délicieux plusieurs fois.

Tiens :

Là par exemple, je suis en train de t’écrire, c’est le matin, je suis posé dans mon canap et je sais que dès que j’aurais la dalle, j’ai un délicieux genre de ratatouille avec des raviolis ricotta épinard qui m’attend !

Miam !

Le surplus que tu cuisines ?

Tu le mets dans des Tupperware, une partie au frigo, une partie au congel.

Et si tu fais ça pour deux ou trois plats différents, ça te permet de pas toujours bouffer la même chose de repas en repas :p

Évidemment, ça t'empêche pas d'aller au restau de temps en temps en parallèle.

Je suis un gros fan de restau et à l'heure actuelle j'y vais au moins 3 fois par semaine. Et ouais, maintenant je privilégie assez souvent le gain de temps et d'énergie !

Travailler minimaliste

Travailler minimaliste, ça n’a rien à voir avec être laxiste.

C’est faire les choses qui auront le plus gros impact sur le résultat que tu cherches à obtenir.

J’ai déjà traité le sujet dans cet article :

L’horrible piège des objectifs non-stratégiques (et comment l’éviter)

Concrètement, c’est arrêter d’être « occupé » et devenir « efficace ».

Ça te permet de réduire considérablement ton temps de travail tout en augmentant ta productivité.

C’est une attitude contre intuitive par rapport au système de « bosser 8h par jour » :

Une heure de travail n’est pas égale à une autre heure de travail.

Et parfois, quelques minutes vraiment efficaces (par exemple : appeler un client potentiel important) valent bien plus que des semaines de réflexions improductives (par exemple : réfléchir outre-mesure à ce que tu comptais dire à ce client potentiel) en terme d’avancement pro !

Voyager minimaliste

Le but ici c’est d’emporter avec toi seulement ce dont tu vas avoir besoin.

On a tendance à surévaluer nos nécessités en voyage.

Par exemple dans mon premier « grand » voyage (de plus de 12 mois) je suis parti avec…

…deux sacs de 20kg XD

Avec le recul, ça me fait marrer.

Sachant que j’étais déjà « minimaliste » à ce moment-là !

C’est juste que je délirais sur mes prédictions de ce qui allait m’être utile.

Résultat ?

J’ai donné une bonne partie du contenu de mes sacs à des enfants/jeunes d’une association.

À titre de comparaison, pour ma vie aux Canaries, je suis parti avec un sac de 10kg. Plus mon ordi.

Et c’est tout !

Mon sac pour 9 mois aux Canaries

Si ça t’intéresse de faire ton sac de manière optimale pour voyager, j’avais écrit cet article il y a quelques années :

S’équiper pour une épopée

En plus de l’aspect « voyager léger », je rajouterai que voyager minimaliste prend aussi une autre dimension pour moi à l’heure actuelle.

J’ai maintenant tendance à privilégier peu de lieux et approfondir ma connaissance de ces derniers.

Par exemple, au lieu de partir dans un pays et le sillonner dans tous les sens, je choisis un endroit spécifique et je vais y passer du temps.

Ça me permet de créer une connexion plus profonde avec le mode de vie local plutôt que de poursuivre des activités touristiques.

Encore une fois… il n’y a aucun jugement et je kiffe bien les routes touristiques de temps en temps !

C’est juste que j’ai remarqué que c’était plus important pour moi (et que je tirais plus de satisfaction) d’être plus posé quand je découvre une autre culture.

D’ailleurs, je pense même que les deux se complètent : circuit touristique et approfondissement d’un lieu.

J’en suis arrivé à cette heuristique dans mes voyages courts (moins de 3 mois) :

Un tiers de tourisme. Deux tiers d’approfondissement d’un lieu spécifique.

T’es libre de t’en inspirer si ça te branche 😉

Une petite note philosophique pour conclure

Au-delà de tout ce que je t’ai déjà dit dans l’article, il y a une idée bien spécifique derrière mon mode de vie minimaliste.

Je t’en avais déjà parlé dans cet email.

Le concept c’est d’avoir un quotidien pérenne.

Imagine :

  • Ton mode de vie est basé sur les choses importantes pour toi.
  • Tu gagnes ta vie sans dépendre d’un emploi.
  • Tu gères tes horaires comme ça te chante.
  • Tu habites en bord d’océan.
  • Tu peux surfer quand t’en as envie.
  • Tu as du temps pour ton couple, ta famille et tes amis.
  • Et en plus de ça, tu mets pas mal d’argent de côté chaque mois.

NOTE : Tu peux remplacer tout ça par les choses qui te correspondent à toi. Par exemple « Surfer » peut être remplacé par « Passer du temps avec ta fille ».

Au lieu d’être dans une dynamique « je fais des choses qui me saoulent pour pouvoir profiter plus tard »…

…tu es dans une dynamique « je fais des choses dont je profite aujourd’hui et qui me permettent aussi de profiter plus tard ».

Donc évidemment pour en arriver à ce point il te faut dépenser du temps, de l’énergie et de l’argent dans cette direction.

Et c’est un chemin rempli d’embuches.

Mais à mon avis…

C’est une jolie destination !

Donc j’espère que cet article t’aura donné des pistes concrètes pour te bâtir ta « vie pérenne » toi aussi 🙂

Le minimalisme, c’est pas pour tout le monde…

Encore faut-il être capable de questionner le statu quo et de sortir des chemins balisés de la « normalité »

Et si t’as lu ce FAT article jusque-là, j’imagine que t’es suffisamment ouvert(e) d’esprit pour au moins envisager cette option non-conformiste 😉

Mais comme tu te doutes il y a un tas de gens qui sont pas prêts à entendre que ce genre d’alternative de mode de vie existe…

…Notamment parce que ça challenge outre-mesure leur conception de ce que doit être la vie normale.

Donc inutile de leur en parler (sauf si tu veux les secouer un peu ^^).

Et en revanche, s’il y a des personnes que t’estimes sincèrement et qui pourraient profiter de ces quelques idées, je t’invite de tout cœur à leur partager l’article :

Ça nous permettra de donner de la voix à ce mode de vie alternatif plutôt sensé dans un monde qui part dans tous les sens ^^

Vive le minimalisme !

Article sur le minimalisme PleinDeTrucs.fr Damien

Damien

Clique sur un de ces jolis boutons pour partager l'article :

Toujours là amig@ ?

Tu veux aller plus loin dans ton application du minimalisme ?

Cool ^^ J'ai un truc à te proposer alors !

Je t'invite à rejoindre ma newsletter. J'y partage avec toi des idées appuyées par des expérimentations pour mener une vie libre et pleine de sens.

Clique ici pour rejoindre la bande !

Commentaires :

  1. Bonjour Damien,
    J’ai bien tout lu jusqu’au bout (oui, oui, promis )
    Merci, c’est très intéressant.
    Il ne me reste plus qu’à… remplir les 3 colonnes !
    Bonne journée à toi

  2. Hello Damien,
    Sujet tres bien revisité !
    J’aime tjs autant ta façon d’aborder tes articles. C’est concret, sans jugement (c’est hyper important de dire que quoi qu’on decide c’est ok et tu le fais super bien), avec de l’autocritique (dans le sens prise de recul) en parlant de tes propres experiences et surtout tjs ta petite note d’humour.
    Je vois pas grand chose a dire si ce n’est que l’exercice, même clairement expliqué, n’est pas facile et que certaines personnes peuvent avoir besoin d’être « coachées », un peu comme pour l’easy business, mais ça je t’imagines bien y avoir deja pensé .
    Belle journee a toi et si un jour tu decides de passer par le continent africain, passes faire un coucou au senegal . C’est moins caliente que le portugal mais ça secoue bien les chakras lol

    1. Salut Cécile !

      Merci pour le feedback 😀

      Ok pour l’exercice, quand tu dis être « coachées » tu parles d’un accompagnement individuel ou est-ce que t’as une idée de comment je pourrais faire ça par écrit (histoire que tout le monde en profite d’un coup ^^) ?

      Tiens-moi au jus 😉

      Et c’est noté pour le Sénégal !!! Ça fait un moment que t’es là-bas maintenant non ?

      1. Je penses a des petits exercices comme dans la danse de l’air ou dans l’easy business avec le test de l’aeroport. Ca pourrait aider a savoir par où commencer.
        Sinon, bientot 1 an que je suis au senegal et aucune intention d’en repartir pour l’instant

        1. C’est noté !

          Merci pour la suggestion, je cogite là-dessus pour une prochaine fois 😉

          Et top que tu te régales là-bas !!! À voir comme t’en parles avec passion à chaque fois, ça donne envie ^^

          Bonne journée et à bientôt !

  3. Hello Damien !
    Très bon article, comme d’habitude. 😉 J’ai beaucoup aimé le fait d’aller plus en profondeur que le simple minimalisme matériel, qui est juste une partie immergée de l’affaire.
    Ça donne à réfléchir !
    Un petit ajout perso par rapport à la partie « économiser du temps/de l’argent/de l’énergie » : je prends toujours en compte le temps passé à gagner la somme nécessaire dans le calcul.
    Dans l’exemple du resto, si j’ai eu besoin de bosser 1 heure pour me payer mon repas, je ne le compte pas comme un gain de temps par rapport au temps passé à cuisiner pendant 20 minutes… (mais après, on peut compter le temps passé à gagner de quoi faire les courses et le temps passé à faire ces fameuses courses… Ça trouve donc une certaine limite. 😉 )
    Cela dit, c’est pour moi une bonne boussole. Je me demande très souvent si j’estime que le prix de quelque chose vaut le temps de vie passé à gagner l’argent que ça coûte. Dans certains cas, je ne fais pas le choix rationnel, mais c’est en conscience.

    Merci pour tes articles en tout cas ! C’est toujours un plaisir de te lire ! 🙂
    Bon séjour en France 😉

    1. Coucou Marion !

      « J’ai beaucoup aimé le fait d’aller plus en profondeur que le simple minimalisme matériel, qui est juste une partie immergée de l’affaire. »

      Yes, ça me fait bien plaisir que t’aies apprécié ça ! C’était un des objectifs de l’article 😀

      Et génial ton ajout sur la correspondance temps-argent !!! Je le fais aussi

      C’est très pertinent que tu l’aies mentionné ici, bien joué ^^

      Merci pour ton commentaire et à très vite !

  4. Merci pour cet article qui est clair et très intéressant.
    Par contre il est vrai qu’il n’est pas forcément facile de faire l’exercice et de changer pour arriver au minimaliste.
    Bonne journée

    1. Avec plaisir Justine !

      Et t’as carrément raison que l’exercice est pas évident ^^

      Déjà la partie introspection pour rédiger les listes… puis la partie action pour implémenter les changements en pratique :p

      Bon courage si tu te lances et merci pour ton message 😉

  5. Salut Damien ! J’aime bien tes articles comme d’hab ! Je trouve qu’il est bien détaillé et assez clair.
    J’aurais juste changé le titre et mis un truc plus développé (j’ai cette manie de toujours vouloir « vendre »).
    Pour la partie « manger minimaliste », pour moi ma santé et une alimentation équilibrée est une top priorité, je me vois mal manger les mêmes plats juste pour gagner de temps/argent.

    Voilà voilà. J’espère que mon feedback est utile pour toi. Cheeers!

    1. Merci pour le feedback Bochra !

      Tu aurais mis quoi comme titre au fait, ça m’intéresse :p ?

      « Pour la partie « manger minimaliste », pour moi ma santé et une alimentation équilibrée est une top priorité, je me vois mal manger les mêmes plats juste pour gagner de temps/argent. »

      Je suis carrément d’accord avec toi ! Pour moi aussi l’alimentation est super importante. En général les plats que je cuisine sont justement faits pour être sain et que je puisse manger sainement plusieurs fois sans avoir à re-cuisiner systématiquement ^^

      À bientôt !

  6. Waouw quel travail ! Tu viens de me faire gagner du temps en faisant des ponts et en mettant des concepts en relation que j’ avais pas encore reliés ( heuuuuu je sais pas si je suis c’ est très claire, là ^^)
    Merci, toujours un kiff de te lire, un vent de fraîcheur ! Enjoy

    1. 😀

      Merci Cindy !

      Ravi que tu soulignes le boulot derrière l’article !!! Ça m’a pris une trentaine d’heures entre les brouillons, réécritures, organisations, etc…

      Donc ça fait plaisir que ça te serve !

      Merci pour ton message et à très vite 😉

  7. Salut Damien,
    Tout à fait d’accord avec toi. Pour moi c’est assez simple, tout ce qui n’a pas servi depuis longtemps, n’a rien à faire chez moi. Ça libère l’esprit et l’espace.
    Réflexion de mes enfants : on a tellement de jeux chez papa qu’on ne sait plus avec quoi jouer !
    Moi, je leurs ai proposé soit on achète plein de choses soit on voyage. Elles ont choisi de voyager. Ok je les ai peut-être légèrement influencées .

  8. Hello Damien!
    Un commentaire minimaliste:
    -Tous les détails sont abordés et c’est malgré tout assez concis,
    -Tu es juste et tu n’impose pas, ça c’est super,
    -Ton style d’écriture est toujours aussi cool et facile à lire!
    Merci et bonne continuation!

  9. Salut Damien,
    Super article! Toujours sympa d’y retrouver ton style d’écriture.

    Comme tu le dis cet article est FAT…mais assez fluide à lire jusqu’à la fin. J’aime l’exercice concret qu’on ne retrouve pas assez souvent dans ce style d’article (j’essaye de passer directement à l’action quand je lis un truc intéressant alors quand l’auteur m’y invite c’est un must !) Par contre, je trouve la dernière colonne « des importants » assez difficile à remplir si tu ne t’es jamais posé ce genre question.
    Et merci pour le non jugement : chacun fait ce qu’il veut/peut et c’est tout à fait ok. J’aime aussi beaucoup le côté « j’ai testé alors je vous conseille » plutôt que « je donne des conseils que je ne suis pas moi-même »

    La seule partie qui, pour moi, ne touche pas vraiment au minimalisme c’est « Manger minimaliste ». Une mère de 4 enfants doit souvent avoir une super organisation dans la préparation des repas mais est-ce que ça tombe vraiment dans le minimalisme ? Même si j’ai bien compris qu’ici tu parlais de gain de temps. Bref c’est uniquement mon ressenti perso.

    C’est vraiment sympa de lire une autre approche du minimalisme. Je le suis depuis près de deux ans mais j’ai encore pas mal de soucis quand je voyage :-/ Merci d’ailleurs pour ton autre article « S’équiper pour une épopée ! » Je garde le « Sinon vous pouvez aussi courir nus ou utiliser les rideaux » 🙂
    Merci encore pour ton super travail et ta disponibilité

    1. Yes Virginie !

      Et respect pour ton attitude « mise en application directe » 😉

      T’as carrément raison pour le côté difficile de remplir la troisième colonne, ça demande pas mal d’introspection…

      Je suis en train de réfléchir à développer le sujet dans un prochain article :p

      Un gros merci pour ton feedback et tes remarques, je note tout ça

  10. Hello Damien!
    Bel article comme d’habitude, j’aime beaucoup le ton humoristique et à la fois empathique, tu sais très bien « parler vrai » et c’est un plaisir de te lire. On te sent proche des gens et intéressé par leur sort 😉
    C’est important que tu parles de ta propre expérience, on sent le vécu, tu sais de quoi tu causes.
    J’aime bien le fait d’illustrer quelques notions, mais je ne comprends pas celle où il y a le bras musclé/la pendule/le billet (mais je suis peut-être la seule hein)!
    J’ai une préférence pour la première partie Le concept du minimalisme, car cela englobe le concept d’être aligné avec soi-même, concept qui me touche peut-être plus que le minimalisme 😉 (que j’applique pourtant en grande partie), qui n’est finalement qu’un moyen pour vivre en adéquation avec ses valeurs.
    Voilà! A bientôt!

    1. Coucou Anne-Laure !

      Merci pour ton message 😀

      Pour préciser l’illustration bras musclé/horloge/billet c’est pour illustrer respectivement l’énergie, le temps et l’argent.

      Les petites flèches dans tous les sens représentent ces 3 ressources dispersées qui n’amènent pas bien loin (mais qui permettent une forme de stabilité).

      Et la longue flèche représente la focalisation de ces 3 ressources dans une direction spécifiques pour prioriser ce qui compte pour toi.

      J’espère que c’est plus clair avec ces explications !

      À bientôt 😉

  11. Salut nuggets ça roule sous le soleil ?
    Je ne sais pas si ils sont nombreux à avoir fait ça mais j’ai lu l’article quatre ou cinq fois et je commence à m’attaquer au articles connexes. Si le fait de devenir minimaliste peut me permettre d’être complètement libre et de consacrer un peu plus de temps à la muscu et à l’entretien de ma santé car je sais que j’ai pas mal d’argent de côté, alors qu’il en soit ainsi. La plus grosse contrainte est pour moi le travail. J’ai une sainte horreur de l’autorité qui estime être en droit de m’ordonner et de me commander. Je ne veux plus de contraintes. Si je dois devenir un vrai monstre au travail pour gagner énormément d’argent et ne plus jamais (j’insiste bien sur le jamais) avoir à travailler derrière car le simple revenu de mes divers investissements me le permet, j’irai jusqu’au bout, j’encaisserai les douleurs, les contraintes en chemin. Je fermerai ma gueule face à l’autorité afin que, une fois mon objectif atteint je puisse lui dire froidement et sans aucune forme de pitié d’aller se faire foutre.
    Je n’ai certes que 18 ans depuis un mois, mais je sais que si j’arrive à atteindre mes objectifs vraiment importants tu seras fier de ton jeune padawan qui sera devenu un vrai chevalier jedi, un pur et dur, énorme et sec comme le dit si bien Tibo. Sur ce à plus Dams ;), je sais que j’aurais de tes nouvelles sous peu.

    1. Hahaha ^^

      Belle énergie man :p

      La suppression des contraintes me semble un énorme challenge mais je pense qu’une diminution considérable est carrément envisageable en avançant par expérimentations progressives 😉

      Je te souhaite un max de réussite et à très vite !

  12. Hey Damien !

    J’ai lu ce FAT article jusqu’au bout, j’ai fait mes trois colonnes en cours de lecture et honnêtement, ça m’a fait un bon gros électrochoc. J’ai énormément de choses dans la dernière colonnes et je me suis posée la question pour savoir si j’étais prête à faire des sacrifices pour y arriver et je suis arrivée à la conclusion que oui, je le veux vraiment. Du coup en regardant les autres colonnes je me suis pas mal fait peur sur le coup mais je pense pas ça insurmontable.
    Ton article m’a remonté à bloc et je compte bien réussir ma dernière colonne !
    C’est vraiment super bien expliqué, t’as détaillé chaque point comme il le faut pour nous permettre de nous imaginer dans cette situation et c’est génial !

    1. Yééééééééh Maeva !

      Bien joué pour ta mise en application !!!

      Et top tes conclusions/analyses. C’est courageux. Respect.

      Merci pour ton feedback et à très vite 😉

  13. Salut Damien 🙂

    perso, j’aime avoir une « maison bien rangée » mais c’est relatif, très subjectif comme truc.

    Ce qui est cool avec le minimalisme c’est que c’est un concept global, applicable à tous les aspects de la vie.

    À chacun de trouver son ou ses Pourquoi pour lesquels le minimalisme pourrait l’aider.

    Ça peut être juste un aspect matériel (avoir un habitat pas en bordel, moins de ménage/entretien) mais aussi couvrir les relations, le travail, toute la façon de vivre en fait.

    Mais on n’a pas à être minimaliste pour tous les aspects de la vie.

    Et c’est dommage que certains soient extrémistes là-dedans, dans le sens vont passer du temps à dire à untel et untel « toi t’es pas minimaliste parce que… ». Pour des trucs à la con : ils n’ont pas pigé que le minimalisme est adaptable en fonction des personnes, et n’a pas la même définition et application pour tous.

    C’est regrettable car du coup, certains se détournent de cet outil qu’est le minimalisme alors qu’il pourrait bien les aider.

    « Bon… déjà, ça va pas se faire du jour au lendemain…
    Et ensuite… t’auras beau devenir minimaliste, il y aura toujours des jours un peu pouraves et des obligations auxquelles tu ne peux pas te soustraire… »

    C’est cool que tu soulignes ça car c’est souvent mis de côté alors qu’il est important de prendre ça en compte.

    On est trop soumis au diktat du toujours plus, toujours plus vite.
    C’est valable pour les résultats que l’on a, alors que la réussite dans tel ou tel truc peut demander (beaucoup) de ressources (temps, énergie, etc.)

    « …mais dans l’ensemble, ça va faire souffler un vent rafraîchissant de liberté sur ton quotidien. »

    Complètement d’accord 🙂

    « Je compte prendre ma retraite dans 4 ans. »

    Génial comme objectif, je te souhaite de tout cœur de l’atteindre !
    Pouvoir profiter de la vie comme on l’entend et pouvoir partager/donner sans avoir à se préoccuper de comment on va vivre (les revenus, l’argent pour vivre) c’est le vrai luxe selon moi, superbe aspiration !

    « Diminuer considérablement mes dépenses sur les choses que j’aimais et augmenter mes dépenses sur les choses qui étaient PRIMORDIALES. »

    C’est ce que beaucoup de gens ne sont pas près à faire.

    Nos ressources sont limitées.
    On doit faire des choix.
    Ce n’est pas facile, mais c’est ce qui permet de mettre le focus pour avancer vers ce qu’on veut.

    Il est alors important d’apprécier le chemin car on ne peut jamais être sûr à 100 % du résultat. Et surtout, très souvent, ce qui « vaut la peine » demande beaucoup de ressources, d’engagement, de patience, de persévérance.

    Le minimalisme ce n’est pas du tout la privation ; C’est le focus sur ce qui est LE PLUS important pour SOI. D’où l’intérêt d’avoir une assez bonne estime. Car sinon, on ne peut pas faire ça, trop sensible au regard des autres, à vouloir « faire comme tout le monde parce que c’est comme ça qu’on dit qu’il faut faire ».
    Suivre le courant, c’est la voie facile.
    Aller à contre-courant, c’est plus difficile mais c’est en réalité suivre un autre courant, suivre le courant vers soi.

    « Ce qui t’empêche de vivre tes rêves, ce ne sont pas tes contraintes… ce sont les choses que tu aimes et qui ne sont pas primordiales. »

    à mon sens, cela peut être nos contraintes mais : ok sur le fait que les choses qu’on aime peuvent nous maintenir dans une situation qu’on ne veut pas ; et surtout le truc c’est de se mettre dans une mentalité de « comment je peux …. malgré mes contraintes ».

    On n’est pas tous égaux et oui certains ont plus de chance que d’autres, certains peuvent « se permettre » plus de trucs, etc. Mais au final, on s’en fout parce que ça ne change pas notre vie, on ne peut pas vivre la vie des autres, seulement la nôtre, donc le mieux que l’on puisse faire, c’est justement faire de notre mieux avec les moyens que l’on a, avec nos paramètres de vie. Ça ne veut pas dire qu’on fait tout bien, ni qu’on se plante pas, mais au moins, on fait de notre mieux, on avance malgré le parcours qui peut être plus ou moins chaotique parce qu’on a un ou plusieurs grands Pourquoi derrière, on prend la responsabilité de notre existence.

    Cela dit comme tu le soulignes « ça convient à certaines personnes ».
    C’est OK, chacun fait comme il peut ou comme il croit pouvoir. Du moment que chacun est OK avec ça. On n’a pas tous les mêmes priorités, les mêmes valeurs, les mêmes aspirations.

    « Le principe est simple.
    La mise en application pas tellement. »

    C’est vrai pour beaucoup de choses 😉

    « Mais si tu aspires à autre chose, le seul moyen de changer tes résultats, c’est de modifier cet équilibre.
    En dépensant différemment tes ressources. »

    Oui, et c’est là que la comparaison peut saper les ambitions si on n’a pas une estime assez bonne.

    « Est-ce que tu es prêt(e) à payer le coût – en temps, en énergie et en argent – pour les atteindre ? »

    Excellente question !
    À noter cela dit que pour un même truc, le coût est variable en fonction des individus, et donc les résultats ne sont pas les mêmes (pas aussi puissants et/ou plus longs à venir par exemple).

    Je le souligne régulièrement dans mes articles, mais le truc important à réaliser et à bien ancrer, c’est qu’on a plus de choix qu’on ne le pense. Et si on veut un truc mais qu’on ne fait pas autant qu’il faudrait, alors il faut bien avoir conscience que c’est un choix, l’accepter (l’assumer) ou alors faire différemment. Si on ne fait pas différemment, reconnaître que c’est un choix malgré tout, même s’il ne nous plaît pas.

    « Mais quelles que soient tes circonstances de départ, ça ne change rien aux principes du minimalisme.
    Et même si c’est plus compliqué pour toi que pour un autre…
    T’es toujours libre de faire pencher ta balance dans le sens qui te convient ! »

    Exactement !
    (à ce stade de ma lecture, je me met ton article de côté pour le relire de temps à autre)

    « Le moment où tu n’es plus minimaliste c’est quand t’as des tas de machins qui font la même chose. »

    Ou des machins qui ne t’apportent pas grand-chose, voire que tu n’utilises pas (que tu n’apprécies pas) et qui te font ch*** de les avoir plus qu’autre chose parce que ça t’encombre.

    Comme Marion, je pense de plus en plus régulièrement au rapport « argent que ça coûte » vs « combien de temps de travail (heures, jours, semaines, etc.) il me faut pour payer ce truc ».

    J’adore cette citation de Henry David Thoreau (lue dans la version originale de Walden, tu l’as lu ?) « The price of anything is the amount of life you exchange for it »  (en gros  « Le prix de toute chose est la quantité de vie que vous échangez pour ça » – ça rend mieux en anglais^^).

    Super article Damien, merci, j’espère qu’un maximum de monde prendra le temps de le lire et de réfléchir sur le sujet (et d’agir en conséquence!!!).

    Ah et puis : il n’est pas nécessaire de devenir (ou d’être) minimaliste pour utiliser les principes du minimalisme et les appliquer à notre vie (c’est ce que je fais perso) pour profiter de ses bénéfices.

    Excellente soirée 😉
    @+

    PS : super les dessins, belle progression
    PS 2 : désolée pour la longueur du commentaire qui fait la taille d’un article, je me suis un peu laissé emportée par mon appréciation de cet article ^^

    1. Wouah !

      Ça c’est du commentaire XD

      Merci Marine pour le niveau de détail de ton feedback !

      Top d’avoir rajouté ta touche perso 😉

      J’ai pas lu le bouquin de Thoreau (je viens de faire une recherche, il a l’air bien cool !).

      Content que l’article t’ait plu, encore merci pour ton partage de réflexions et à très vite 😀

  14. Salut Damien,

    avec plaisir, et pour la longueur c’est juste que ton article a beaucoup raisonné en moi.

    yes il y a de bons passages dans le livre de Thoreau, c’est vraiment son expérience au quotidien de la vie dans les bois ou comment on peut parvenir à vivre avec moins qu’on pense, y’a aussi un aspect regard des autres sur l’expérience qu’il est en train de faire, j’ai trouvé ça intéressant même si évidemment y’a des trucs qu’on peut pas copier/coller vu l’époque à laquelle ça a été écrit, ça donne matière à réflexion (et action!).

    de ton côté, est-ce qu’il y a des bouquins autour du minimalisme qui t’ont fait réfléchir et fait passer à l’action (que tu recommanderais quoi) ?

    belle journée 🙂
    @+

    1. Ok pour le bouquin de Thoreau, merci pour les précisions !

      Et concernant les livres qui m’ont fait réfléchir sur le minimalisme, c’est pas vraiment des bouquins à la mode, c’est surtout les philosophes Stoïques (genre Marc Aurèle, Épictète et Sénèque) ^^

      Pour des références plus récente que j’aime bien, il y a eu Everett Bogue (que j’ai interviewé sur le blog d’ailleurs) et Leo Babauta 😉

  15. OK pour les bouquins et références !
    Ces derniers mois justement j’ai lu « Pensées pour moi-même » (avec le Manuel d’Epictète) c’est énorme !

    C’est marrant parce que récemment, j’ai publié un article sur des livres, un sur le minimalisme et un autre sur le stoïcisme très facile d’accès et qui permet de pratiquer au 21ème siècle en s’appuyant principalement sur les écrits de Marc Aurèle, Épictète et Sénèque ! Ce qui m’a donné envie d’en apprendre plus, d »où ma lecture ensuite des « Pensées » / « Manuel » (https://www.marine-katze.com/3-livre-qui-changent-la-vie/)
    ils m’ont bien aidé et continuent de m’aider, je m’y réfère régulièrement, tu les connais ?

    Bonne soirée Damien 🙂
    @+

    1. Yes ! J’ai lu les pensées de Marcus et le manuel d’Epictète.

      Et pour tes 3 bouquins, je connais juste le premier !

      Dans le genre Stoïque, je te recommande aussi les Lettres à Lucilius de Sénèque (méga-intéressant) 😉

  16. Salut Damien,

    cool si tu connaissais pas les 2 bouquins en question (stoïcisme, minimalisme), ils font partie de mes préférés^^.

    Merci pour la recommandation, je l’ajoute à ma liste !

    Excellente fin de semaine à toi 🙂

  17. Salut Damien,
    merci pour cet article, ça m’a fait plaisir de me replonger dans ta perception du minimalisme, dont je partage un certain nombre de priorités.
    Pour ma part, je trouve formidable de ne pas perdre mon temps à ranger, nettoyer, chercher des trucs dans un appartement immense et surchargé. Vive l’espace, physique et mental… Moins d’objets, ça me fait plus d’espace pour être créative, et c’est ça qui me plaît !
    à + 🙂

    1. Salut Élo !

      Merci pour ton feedback et content que ça te plaise 🙂

      Complètement d’accord avec toi aussi sur les avantages de l’espace physique et mental ^^

      À bientôt !

  18. J’adore ta façon de penser, d’expliquer les choses simplement mais en détails quand même, j’ai pris plaisir a lire tout ça et ça me donne envie. Encore faut il savoir ce que l’on veut vraiment et oser.. Super article je vais me mettre a lire le reste 😀

  19. Merci Damien.

    Depuis que j’ai lu ton article j’y repense souvent. Pour moi c’est une révélation. Ce qui n’était qu’un ressenti vague et diffus m’apparaît à présent comme une évidence. J’adhère totalement à ton analyse sur le fond et je suis fan de la forme. C’est limpide et percutant. Ce que tu écris me paraît d’utilité publique !
    Nous sommes pris par le quotidien, par ses contraintes et ses plaisirs, par l’enchaînement incessant des événements ; qui prend le temps de se poser pour réajuster l’orientation de sa vie ? Depuis notre plus jeune âge, on est poussé à exploiter nos capacités au maximum, sans se poser cette question des besoins essentiels ou de leur assouvissement. Et pourtant pouvoir n’est pas vouloir ! Je compte bien faire bénéficier mes enfants de ta vision des choses. J’espère que ça les aidera à trouver la voie qui les comblera.

    Après je suis d’accord avec les avis précédents en ce qui concerne la difficulté de l’introspection. Et je trouve qu’il n’est pas évident de mettre un nom sur certains besoins assez abstraits. Le besoin de sécurité dont tu parles me semple un exemple excellent. Si tu ne l’avais pas évoqué je ne suis pas sûre que j’aurais su l’identifier. Aurais-tu en tête d’autres besoins de ce type ?

    Quant à hiérarchiser les besoins, quand on est seul ce n’est déjà pas forcément évident, alors en couple avec des enfants, ça devient vite complexe : confrontations de besoins différents, problèmes d’imbrications, nécessité de compromis… Bref, j’ai hâte de te lire à nouveau sur le sujet pour réussir à démêler tout ça !

    Par ailleurs j’aimerais avoir ton avis sur un point précis : que penses-tu du perfectionnisme ? Penses-tu qu’il puisse s’agir d’un besoin essentiel ?

    Enfin je profite de cette occasion pour partager deux réflexions qui m’ont touchées.

    Un ami artiste peintre me racontait que les peintres du moyen âge peignaient avec une urgence vitale. Selon lui cela tenait en grande partie aux graves problèmes de mortalité de l’époque, personne n’était sûr d’être encore là le jour d’après. Et l’allongement de l’espérance de vie aurait tendance à nous faire oublier l’urgence qu’il y a à vivre en nous donnant l’illusion qu’on a le temps. Alors que non, il y a toujours urgence !

    Et concernant le minimalisme, une blogueuse expliquait que chaque objet que l’on fait rentrer chez soi, c’est du temps de notre vie que l’on va y consacrer. Non seulement pour le ranger, le nettoyer, le réparer éventuellement, mais aussi du temps mental : voir cette guitare dans le coin de la pièce va à chaque fois me faire penser au fait que j’avais dit que je m’y mettrais, me faire culpabiliser… Depuis je réfléchis à deux fois avant de faire rentrer un objet chez moi !

    Damien sache que tu changes ma vie et possiblement celle de mes proches, alors encore mille mercis à toi (même si ce n’est pas très minimaliste ;)) ! Dans l’attente de te lire à nouveau…

    Nathalie

    1. Woah ! Merci pour ton commentaire Nathalie 😀

      Ça me fait plaisir que mes réflexions puissent t’inspirer !

      Et j’apprécie ta contribution pour étoffer l’article 😉

      Concernant tes questions :

      Aurais-tu en tête d’autres besoins de ce type ?

      En fait, il y en a des tas ^^ Du coup j’ai un bouquin super à te recommander sur le sujet : Nonviolent Communication de Marshall Rosenberg. Tu m’en diras des nouvelles 😉

      Que penses-tu du perfectionnisme ? Penses-tu qu’il puisse s’agir d’un besoin essentiel ?

      Bonne question. Je ne pense pas que le perfectionnisme soit un besoin en soi. Je pense plutôt qu’il s’agit d’une manifestation d’un besoin sous-jacent. Par exemple le besoin d’estime de soi (être à la hauteur de ses propres attentes) ou de considération (être à la hauteur des attentes des autres) ou encore de contribution (créer quelque chose d’utile) voire même de sécurité (avoir du contrôle sur son environnement). Est-ce que ça te parle ? NOTE : Ce sont juste quatre exemples qui me viennent à l’esprit tout de suite, mais c’est bien entendu possible qu’il s’agisse d’un autre besoin.

      Encore merci d’avoir pris le temps de me dire que mon travail avait de l’impact dans ta vie (et possiblement dans celle de tes proches ;-)), ça me donne de l’énergie et ça comble mon besoin de contribution, héhé ^^

      Bonne journée et à très vite !

      1. Merci Damien pour le conseil lecture et tes réponses, effectivement les besoins que tu évoques me parlent bien! 😉
        Du coup j’ai d’autres questions pour toi! 🙂 Est-ce que tout le monde n’a pas tous ces besoins mais à des niveaux variables? Crois-tu que nos besoins fondamentaux soient innés? Penses-tu qu’on puisse les changer/ les faire évoluer? Et si oui comment…?

        1. Content de pouvoir t’aider Nathalie !

          Pour tes nouvelles questions :

          Est-ce que tout le monde n’a pas tous ces besoins mais à des niveaux variables?

          Je pense que si.

          Crois-tu que nos besoins fondamentaux soient innés?

          Dans une certaine mesure oui, et je pense que leur degré d’importance dépend ensuite de notre vécu.

          Penses-tu qu’on puisse les changer/ les faire évoluer? Et si oui comment…?

          Je ne comprends pas très bien cette question ^^ Est-ce que tu pourrais être plus précise (par exemple en me donnant un exemple de besoin que tu envisagerais de changer) ?

Laisse un commentaire :

Ton adresse mail ne sera pas publiée. Les champs requis ont cette marque : *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>