^

Bilan de mes 31 ans

Pif, paf, 32 ans dans ma tronche !

Il est temps de poser mon *rondoflex* et faire un point sur ce que j’ai foutu cette année.

Le principe c’est de prendre un peu de recul sur le tourbillon du quotidien et vérifier si j’utilise bien mon temps de vie pour les choses qui comptent¹. Et constater quand je fais n’imp. Puis ajuster ma visée en fonction.

Je t’invite à faire ce genre de bilan toi aussi. Genre une fois par an. Parce que c’est utile à chaque fois.

Donc voici le mien, en espérant que ce fragment de ma réalité te donne envie de conduire ta propre auto-analyse. Histoire de voir si toi aussi t’avances dans la direction qui te va bien !

Et comme l’an dernier je vais répondre à ces trois questions :

  • Qu’est-ce qui s’est bien passé cette année ?
  • Qu’est-ce qui aurait pu mieux se passer cette année ?
  • Qu’est-ce que j’ai appris cette année ?

Go !

 

1. Qu’est-ce qui s’est bien passé cette année

Surf trip en voiture aménagée. Ça faisait un moment que ça trottait dans ma tête et cette année c’est devenu une réalité !

pleindetrucs.fr

J’ai commencé le surf il y a deux ans et un jour (pile !) et c’est devenu une grosse source de fun. Cet automne, j’ai longé la côte atlantique de Hossegor jusqu’à Porto en faisant un tas de haltes pour surfer, j’ai rencontré plein de gens sur ma route, j’ai parcouru des bouts de chemin avec des amis, et je me suis régalé tout du long 😀

 

Équilibre entre voyages et sédentarité. J’ai moins voyagé cette année et j’en suis plutôt content ^^ « Seulement » six mois environ. J’avais envie de passer plus de temps proche de mes amis et ma famille et c’est ce que j’ai fait. Même si je dois avouer que les Canaries me manquent un peu !

 

Moments partagés. Cette année, j’ai mis un point d’honneur à passer du temps avec les gens qui comptent pour moi. Ça découle directement du point précédent : je me suis rendu davantage disponible au lieu de passer mon temps à barouder. Il y a notamment eu le mariage de mon petit frère et J. parmi les highlights de l’année :-). Je suis tombé amoureux aussi… avec tout ce que ça implique de montagnes russes émotionnelles. Et pendant mes aventures, j’ai eu la chance d’être rejoint par mes amis ! Plein de petits trucs en somme. C’est peut-être un détail pour vous, mais pour moi ça veut dire beaucoup comme disait tata France Gall.

 

Premier événement en présence. J’ai organisé une retraite au Portugal ! C’était génial de rencontrer « en vrai » certaines personnes avec qui je parlais depuis un bail sur internet. Et même s’il y a eu quelques imprévus, nos hôtes portugais étaient très sympas et je suis content d’avoir organisé ça en pratique 🙂

pleindetrucs.fr

 

Programmes en ligne. J’ai créé un nouveau programme cette année : « S’organiser pour Entreprendre » et je le trouve super utile. C’est exactement la méthode que j’emploie pour m’organiser en fait. Ça m’a permis de détailler mon processus et d’y avoir un accès direct à chaque fois que j’ai besoin d’un coup de boost. Je pense que tous les gens qui n’arrivent pas à se motiver pour bosser sur leur projet d’indépendance devraient l’acheter ^^ Aussi, j’ai encore fait évoluer mon programme Easy Business. À l’heure actuelle je pense qu’il est suffisamment clair et détaillé pour permettre à quelqu’un de lancer et développer son activité indépendante de son côté. Évidemment, c’est mieux avec un coaching mais je pense que le programme tient sur ses pattes tout seul et je vais peut-être le rendre accessible de cette manière. Je suis aussi reconnaissant d’avoir eu de super clients cette année 🙂 Un gros merci à vous pour votre confiance et votre bonne énergie et félicitations pour vos avancées vers votre liberté pro !

 

Business alternatifs. En parallèle du blog, j’ai développé d’autres projets plutôt coolos et rentables (que je vais peut-être poursuivre d’ailleurs parce que ça m’a bien plu ^^). J’en dis pas plus pour pas créer de concurrence dans le secteur ! Pour « lancer » ces activités, ça a été assez simple² : j’ai juste suivi mes principes de Easy Business et créé une DDV pertinente³ qui a bien marché.

 

Langues. J’ai appris à baragouiner le portugais. Pas des masses. Mais genre de quoi avoir une conversation basique. Notamment grâce à ce bouquin : Fluent Forever (que je recommande à fond à tous ceux qui veulent apprendre une langue).

 

Sport. En plus du surf, j’ai repris le basket ! C’est méga bien. J’arrive plus à dunker comme quand j’avais 20 piges mais je me régale 🙂 J’ai sauté à l’élastique aussi, c’était marrant !

 

Lecture. Des tas de bons livres lus cette année aussi. J’ai fait la liste ici et ici pour ceux que ça intéresse. Plus d’une heure de lecture par jour en moyenne. J’adore. Gratitude énorme pour tous les gens qui ont écrit ces bouquins <3

 

2. Qu’est-ce qui aurait pu mieux se passer cette année ?

Immobilier. Rhaaaaaaaa ! Je sais pas encore si cette section doit aller ici ou dans la partie « ce qui s’est bien passé ». En fait, je suis en plein dedans, il y a un tas de revirements de situations… hâte de voir comment ça va se résoudre ! En tout cas, je me dis que j’aurais pu être encore plus actif sur ce point-là… mais je lâche pas l’affaire !

 

Certaines rencontres. J’ai rencontré des tas de gens. La plupart étaient cool. Quelques-uns neutres. Et certains carrément exceptionnel(le)s. Mais j’ai aussi rencontré deux personnes épouvantables ! Ça faisait des années que j’avais pas côtoyé des personnes avec autant d’agressivité passive. Tant qu’elles pensaient pouvoir profiter de moi, elles étaient toutes mielleuses et limite harassantes puis quand les choses ne se sont pas passées comme elles avaient prévu je leur ai découvert un visage haineux et une incapacité totale à communiquer. Beurk ! Mais malgré ce triste épisode, je réalise aussi que ça fait partie du prix a payer pour les centaines de belles rencontres que j’ai faites : quand on s’ouvre au monde, on sait jamais sur qui on va tomber ! Et au final, c’est très rare de tomber sur des cassos pareils. Heureusement que ça n’a pas duré longtemps ^^

 

Développement du blog. Même si j’ai écrit quelques articles cette année (quinze) dont quelques-uns  que j’aime beaucoup − du genre celui-là, celui-là et celui-là − j’ai quasiment rien publié sur Facebook et j’ai pas du tout été actif pour « promouvoir » le blog. Pourquoi ? Parce qu’avec tous les blogs et les chaînes Youtube qui fleurissent en ce moment, la course à la visibilité et la pub qui s’infiltre de partout, le paysage d’internet commençait à me saouler et j’avais pas envie de devenir comme eux. Du coup, j’ai réfléchi dans mon coin à ce que je voulais faire ^^

Et j’en suis arrivé à cette réflexion : Au fond, mon truc avec ce blog, c’est d’aider les gens à poursuivre leurs quête de liberté hors des sentiers battus. Et en fait, j’en ai rien à carrer d’être « populaire » et avoir beaucoup de vue, de followers, d’abonnés ou de like (bon… en fait j’aime bien parce que ça fait plaisir à l’égo mais c’est pas IMPORTANT)… ce qui compte c’est d’aider profondément certaines personnes. Les bonnes personnes par rapport à ce que je peux offrir. Donc même si j’ai pas « développé » des masses le blog cette année,  ça m’a permis de prendre un peu de recul et de réfléchir au sujet. Et maintenant j’ai une idée de la direction à lui donner : focaliser mon taf sur quelques personnes. Parce que concrètement, il y a des dizaines de milliers de personnes qui lisent mon site mais une partie consomme mon blog comme un big mac, ils bouffent le contenu rapido avant de se ruer sur d’autres snacks dans leur frénésie boulimique. C’est pas pour eux que j’écris. C’est pour ceux qui dégustent mes textes comme des gourmets. C’est pour toi qui prends le temps de lire ce FAT paragraphe par exemple. C’est pour toi qui prends le temps de te poser après m’avoir lu pour réfléchir à ta life et questionner ta propre réalité. Merci ma petite tartelette à la myrtille ! Donc pour la suite, je vais faire une grosse focalisation sur toi. Parce qu’il y a nous (les gens qui veulent vivre libre), et qu’il y a eux (les gens qui veulent passer leur vie sur internet). Et que j’ai envie d’aider un max les gens comme nous. D’ailleurs je suis en train de réfléchir à un nouveau truc si ça t’intéresse  😉

 

Cryptomonnaies. J’ai quasiment pas tradé cette année. Il y avait beaucoup moins de volatilité sur les « grosses » cryptos que les années précédentes et un marché majoritairement à la baisse. Du coup, j’ai pas investi grand-chose.

 

3. Qu’est-ce que j’ai appris cette année ?

Le bonheur est dans la gratitude. Ça peut sonner comme une phrase clichée mais je pense que c’est ma réalisation la plus importante de l’année. Tous les choix qu’on a faits jusque-là nous ont menés à la vie qu’on a. Et parfois on voit la vie des autres (des gens qu’on connaît ou qu’on voit dans les médias) et on se demande si ce serait pas mieux de faire comme eux. La réponse c’est qu’on en sait rien. Et qu’on est toujours libre d’essayer si on en a envie. Cependant le piège c’est de se dire qu’on serait « plus heureux si » on avait tel ou tel résultat. Une conversation qui m’a marqué, c’était avec un de mes meilleurs amis. Il est médecin, il a une maison magnifique, une compagne, un fils, et une fille en route. Et on a eu cette conversation quand j’étais au Portugal, que ma famille me manquait et que j’étais sur le point de me séparer de ma copine du moment. Alors évidemment, cette grosse dose de sécurité était séduisante. Le truc… c’est qu’en même temps que je contemplais son mode de vie, lui me disait à quel point le mien était génial : pas d’horaires, pas « besoin » de travailler, pas d’embouteillages le matin, possibilité d’aller où je veux quand je veux, avoir du temps pour lire, surfer, randonner, rencontrer des gens, apprendre des trucs, etc… et c’est vrai que c’est pas trop moisoche ^^ En fait, quand j’y réfléchis, c’est carrément formidable 🙂 Parce qu’être libre de mon temps c’est quelque chose qui me tient particulièrement à cœur. C’est pas mieux ou moins bien qu’autre chose dans l’absolu mais c’est important pour moi, Damien. Toi, moi, on a tous priorisé des choses dans nos vies et ça nous a amené des résultats précis : certains ont un emploi qu’ils adorent, d’autres s’épanouissent dans leur vie familiale et d’autres cultivent leurs amitiés et leurs expérimentations du monde. Le plus important, ce n’est pas les choix que l’on fait, c’est de mener nos vies en fonction de ces choix, et d’en apprécier la profondeur. Même dans les périodes de doutes. Et si on ne se sent plus totalement aligné, alors ce n’est pas un drame, ça signifie juste qu’il est temps d’ajuster la visée. En attendant, la meilleure chose à faire c’est d’apprécier le chemin parcouru 🙂

 

La paix de l’esprit se trouve dans la connaissance (et l’acceptation) de soi. Daaaamn ! Je parle comme un mystique barbu aujourd’hui ! Concrètement, ça veut dire que tant que tu cours dans tous les sens pour jouer les rôles que tu t’imposes, tu vas pas être super serein(e). Si tu te dis que tu « dois réussir » ou que tu dois « être mieux » ou quoi que ce soit du genre pour te sentir méritant(e)… tu te tortures l’esprit gratos. En fait tu es juste toi. Avec tes qualités et tes défauts. Cette année, j’ai appris à apprécier mes défauts (notamment ma tendance à préserver mon indépendance au détriment de certaines relations, à vouloir tout faire moi-même et à être trop direct dans mes propos ^^). Et c’est ok. Personne n’est parfait ! Et ça a deux avantages. Premièrement, ce sont tes imperfections qui font que tu es toi et pas quelqu’un autre. Et c’est ce qui te permet d’être aimé pour « qui tu es » plutôt que pour le rôle que tu joues. Par exemple, j’ai tendance à être radicalement honnête dans mes propos et parfois ça secoue les gens. Mais c’est aussi pour ça que certaines personnes m’aiment : parce qu’elles savent que si j’ai un truc à dire, je le dis ! Par extension j’ai remarqué que les plus gros défauts de mes proches (et des gens en général d’ailleurs) étaient AUSSI leurs plus belles qualités. Et vice-versa. Par exemple un de mes meilleurs amis est incroyablement sensible à ce que tout le monde se sente intégré, mais c’est insupportable de le voir galérer à prendre des décisions qui impliquent d’autres personnes : il est complètement paralysé et rien ne se passe. À l’inverse, un autre ami a tendance à prendre le contrôle de toutes les décisions du groupe, et même si ça peut être frustrant par moment, c’est hyper agréable de savoir que tout va bien se passer ! Et c’est totalement ok. Je les aime pour ça ! Et deuxièmement, c’est seulement quand tu embrasses tes propres imperfections que tu peux avoir de la compassion pour toi-même. Et quand t’as de la compassion pour toi, t’en a plus facilement pour les autres. Et ça amig@… ça te permet d’être en paix avec toi-même et le monde 🙂

 

Le temps passé se mesure en moments clefs. La plupart de nos journées normales, aussi agréables soient-elles, s’évaporent avec le temps. Ce qui reste, ce sont les événements marquants : tu ne te souviendras pas de cette journée où t’es allé taffer comme d’habitude puis où t’es rentré chez toi commander une pizza et regarder une série Netflix de plus. En revanche, les journées (intenses) où t’as suivi un projet qui te tient à cœur (que ce soit un surftrip, le lancement d’un nouveau business ou la participation à un projet en famille) resteront gravées dans ta mémoire pour un bon bout de temps ^^ En fin de compte, ces moments marquants, c’est ce qui te reste. Et ça vaut le coup de privilégier ces choses-là à la mondanité du quotidien. Bref, c’est un truc à garder en tête au moment où tu planifies tes prochaines étapes de vie !

Voilà mon bilan de mes 31 ans !

Le temps passe méga-vite et dans quelques jours à peine ce sera l’an prochain ^^

En attendant, c’est l’occase de passer une autre belle année 😀

Je te souhaite plein de trucs biens !

► Damien

 

¹ Évidemment les « choses qui comptent » varient d’une personne à l’autre hein !
² Probablement parce que je commence à avoir l’habitude de « tenter » plein de trucs.
³ DDV c’est l’acronyme pour Démonstration De Valeur, une technique que je développe dans Easy Business pour présenter une offre pertinente aux bonnes personnes. Le principe c’est d’estimer assez rapidement la viabilité financière d’un projet. En gros, quand ta DDV fonctionne, t’es sur la bonne voie pour développer un business rentable.
⁴ Quand on y fait pas attention, on a tendance à prioriser ce qui est « facile ». Mais ce qui est facile est rarement ce qui est le plus gratifiant !

Reste en contact :